Accueil » Oran » Un nouveau schéma de la réorganisation de la collecte est évoqué : Qu’attend-on pour renforcer les agents de retouches et les éboueurs ?

Un nouveau schéma de la réorganisation de la collecte est évoqué : Qu’attend-on pour renforcer les agents de retouches et les éboueurs ?

Le déficit en termes d’agents charge d’effectuer les retouches entrant dans la «Post collecte» des ordures ménagères, se fait, nettement, sentir à travers moult quartiers et cités de la ville d’Oran. Ces agents qui sont le maillon faible de la chaîne de la collecte se comptent sur les doigts de la main. Pourtant, ils sont nécessaires à la propreté de la ville et à l’accomplissement de certaines tâches relevant de l’«après collecte par les camions». Des entreprises privées auxquelles est régulièrement reproché de ne pas faire des efforts afin de se débarrasser assez des volumes des ordures, ont d’ailleurs raison de renvoyer la balle vers le déficit des éboueurs et autres agents chargés des retouches qui interviennent après le passage des bennes-tasseuses. Ce qui, au demeurant, repose l’impérieuse question de la formation des agents de retouches et des éboueurs qui est somme toute indispensable pour la maîtrise de la nature des déchets collectés, la sécurité individuelle et collective des agents de collecte, la réorganisation de la collecte et l’utilisation des technologies, outre l’amélioration des techniques de tri des déchets ménagers. Ces mesures sont prévues par un schéma directeur portant gestion et traitement des déchets ménagers. Le problème des agents de la Post Collecte se pose en termes crus à Oran ces dix dernières années. Leur déficit oblige des recrutements et une formation spécialisée dans l’après collecte et les techniques standards qui sont utilisées dans les grandes villes du monde.
D’habitude, en raison du manque d’agents de l’après collecte, certains secteurs urbains font appel à des «agents polyvalents» qui ne maîtrisent pas parfaitement ni les techniques de la post collecte encore moins ses horaires effectifs. Un expert dans les questions liées à l’environnement, explique que la post collecte doit se dérouler avant 8h du matin qui coïncide avec la rentrée des personnels au travail ce qui veut dire que les horaires réels de la collecte ne doivent pas excéder 7h du matin. «Chez nous, ni la collette ni l’après collecte des déchets n’ont des horaires fixes puisqu’on assiste souvent à trois collectes effectuées par jour tandis que l’après collecte n’assure qu’une seule fois, soit durant les premières heures de la matinée», précise-t-il. Selon lui, il faut réorganiser le dispositif de la collecte de la ville d’Oran et faire en sorte qu’il soit adéquat et en conformité avec le type des ressources humaines déployées sur le terrain (ndlr il est inconcevable que le centre ville d’Oran d’une population de 50.000 habitants fonctionne avec seulement 12 éboueurs) et les équipements mobilisés à cet effet (camions de collecte). Le citoyen qui est mis à l’index pour ne pas avoir respecté les horaires de passage des camions de ramassage de ordures et des entreprises privées auxquelles il est reproché de ne pas se donner à fond «n’ont vraisemblablement pas tort», selon lui puisque, justifie-t-il, c’est «le schéma actuel qui prévaut dans l’organisation de la collecte qu’ «il faut revoir absolument». C’est à se demander comment une ville de la taille d’Oran qui regroupe 104 concessionnaires des ordures ménagères n’arrive pas à atteindre les résultats escomptés.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*