Accueil » Oran » Oran : Transport en commun Le calvaire de la population continue

Oran : Transport en commun Le calvaire de la population continue

Les usagers du transport en commun qui empruntent les lignes reliant Belgaid, Canastel, à savoir le 53, 54 et le C ainsi que d’autres lignes au centre-ville et El Hamri, continuent de vivre un véritable calvaire à cause de l’indisponibilité des bus surtout après 17h00. En effet, ces usagers sont contraints à poireauter, durant d’interminables minutes avant qu’un opérateur daigne faire un détour par leur cité. Face à cette défection répétitive, notamment entre 16h00 et 19h00, c’est la débandade. Les usagers des transports en commun ne souffrent pas seulement des mauvaises prestations de certains transporteurs, mais également des conditions déplorables de l’attente de l’arrivée des bus. En effet, les citoyens sont exposés aux aléas de la nature; si ce n’est pas la pluie, c’est le vent, personne n’est à l’abri surtout pour les personnes âgées, femmes enceintes et les enfants. Etre contraint d’attendre le bus sous une pluie battante en hiver ou sous un soleil de plomb est un vrai calvaire. A Oran, le transport urbain n’est pas un facteur déterminant dans le développement économique, social et urbain de la ville, et pourtant c’est le  »sang » qui irrigue toute l’agglomération en conditionnant et en suivant de près son extension et ce, pour désenclaver les différentes cités et en assurant leur liaison. Par conséquent, le transport urbain est une des véritables importances sur laquelle se base toute planification urbaine. Par ses couleurs variées, le transport urbain participe, de son côté, à l’esthétique de la ville. L’économie régionale et locale en dépend énormément, le transport urbain est un élément du développement du tourisme. C’est aussi un support publicitaire vu le «sillonnement» des moyens de transport urbain à travers les différentes artères de la ville et par suite, il peut participer aux finances locales. Hélas, ce n’est pas pour demain, car on a du mal à répondre aux besoins des citoyens en matière de transport, surtout avec les faux BRQ transmis au wali par les différentes institutions. A-t-on dit au wali toute la vérité sur ce qui se passe dans le transport ?

À propos Chaibi Y.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*