Accueil » Régions » Mostaganem : Tolérance et incivisme s’accouplent parfaitement

Mostaganem : Tolérance et incivisme s’accouplent parfaitement

En cette période d’austérité, des efforts financiers considérables ont été consentis dans les travaux d’aménagements. Des millions de dinars sont déboursés dans des programmes d’embellissements servant à ajouter de l’attractivité sur la côte mostaganémoise. Ceci dit que dans le souci du devoir public, les autorités locales ont travaillé pour améliorer les conditions de fréquentation de beaucoup d’espaces. Toutefois, dans la wilaya de Mostaganem, on entend fréquemment parler d’actes incivils et de comportements désobligeants de certains citoyens qui ne respectent rien et dénaturent volontairement l’environnement et dégradent le mobilier urbain. Cet incivisme est devenu un véritable fléau qui altère notre cadre de vie, porte atteinte à notre quotidien et pèse sur le trésor public. Des actes de vandalisme sont signalés ça et là tels que des vols d’avaloirs, des vols de robinetterie, des dégradations de mobiliers urbains, de vols de batteries de stockage d’énergie solaire, de l’arrachage de plaques de signalisation, dégradations d’espaces publics, occupation inopportunes d’espaces par des engins à louer, dépravation d’abris bus, abandon sur le périmètre urbain de carcasses de véhicules. Cette recrudescence d’actes de vandalisme à Mostaganem s’explique juste par l’excès de tolérance et l’absence d’autorité. Cette situation, selon lui, doit inquiéter tous les citoyens et les inciter à lutter contre l’incivilité des gens qui ne respectent rien et estropient ce que l’Etat construit pour améliorer le cadre de vie de la population. Ces comportements malhonnêtes préoccupent de plus en plus car aujourd’hui, austérité oblige, on ne peut pas se permettre de remplacer chaque chose volée ou dégradée. Ces actes de petite délinquance qui se répètent de façon récurrente sur le territoire de la Wilaya de Mostaganem, sans qu’il soit possible d’identifier les auteurs, ont conduit les pouvoirs publics à déposer des plaintes conte x. Aujourd’hui certains des ramasseurs de ferrailles pour sa revente ne dissocient guère entre ce qui est réformé et ce qui est encore utile. Devant cette situation de tolérance, des charrettes à borricos et des vieilles camionnettes sillonnent la wilaya pour ramasser tout ce qui est métal, plastique etc… sans aucun contrôle. D’autres actes ont été également constatés, ceux du vol des bacs à ordures qui sont emportés de nuit par des camions pour servir de bâches à eau dans certaines demeures. Les comportements incivils envers les biens publics ne sont pas des cas isolés, dira-t-il, et c’est pourquoi il est devenu nécessaire de mener des campagnes de sensibilisation anti-vandalisme. Mais l’installation des caméras de surveillance limiterait tout de même ce fléau resté impuni. Le phénomène ne doit pas prendre des dimensions incontrôlables, il faut donc agir et c’est à la société civile de mettre le pied à l’étrier pour défendre les biens publics. Que ce soit le fruit d’esprits malveillants, la dégradation de mobilier urbain défigure les villes et représente des coûts conséquents. Enfin, la mobilisation des citoyens de Mostaganem contre le vandalisme et l’incivilité reste de mise avant que le phénomène ne prenne une ampleur insurmontable.

À propos Charef Kassous

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*