Accueil » Chronique » Pôle & Mic : La pré-modernité!

Pôle & Mic : La pré-modernité!

L’Algérie est en mutation. Nous sommes dans une pré-modernité. Le Hirak a provoqué une dynamique, une dynamique qui a touché et secoué tous les secteurs. Cette dynamique oblige le pouvoir ou les clans du pouvoir à céder de leur « pouvoir ». Le magistrat du tribunal de Sidi M’hamed a, ce dimanche, bien reconnu que le Hirak vise à libérer la Justice et a donc demandé l’acquittement des Hirakistes. Une première en Algérie. Depuis le 22 février, le citoyen se sent concerné par les affaires de la cité et s’implique dans la construction d’un Etat de droit. Le citoyen estime que seule l’indépendance de la Justice donnera de l’élan à une Algérie nouvelle. Un Etat de droit permettra une transparence dans la gestion et une dépense «juste» et «rigoureuse» de l’argent de la rente et autre. Le pouvoir pense que nous sommes déjà dans la modernité sauf qu’il faudrait renforcer l’Etat et moderniser davantage les institutions de l’Etat tout en «réformant» le système. Or, le Hirak veut mettre fin à ce système qui a engendré la corruption et l’immobilisme politique depuis des décennies. Le Hirak ne veut plus entendre parler du système qui a, tout fait, pour reconduire le «cadre» de Bouteflika à la présidence. Le Hirak ne veut plus, par conséquent, voir ou entendre parler des hommes du système. Voilà où réside cet affrontement d’idée entre le pouvoir, le Hirak et l’opposition. Le pouvoir commence à reconnaître les «affres» d’une gouvernance «archaïque ». Il vient de reconnaître que jusqu’au 1er décembre dernier, la détention provisoire représentait plus de 16% du nombre global des prisonniers en Algérie, un taux révélé par le ministre de la Justice. Dans son plan d’action, le gouvernement prévoit une pile de mesures qui permettraient à la justice algérienne d’avoir plus d’indépendance et de modernité. Politiquement, le Hirak a bousculé les mentalités des partis que ce soit ceux du pouvoir ou de l’opposition où ils ne parlent plus au nom du «peuple». Aujourd’hui, le pouvoir doit faire un pas en avant en libérant l’espace d’expression et «associatif».

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*