Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Le Sud qui souffre!

Pôle & Mic : Le Sud qui souffre!

Un hôpital anti-cancer sera construit à Djelfa. C’est une très bonne initiative. Le Sud entier souffre du manque de moyens et d’infrastructures de lutte contre le cancer. Le Sud et l’intérieur du pays ont, depuis longtemps, été délaissés et «marginalisés» par les pouvoirs qui se sont succédés. Dans certaines villes du Sud ou des hauts plateaux, la vie serait presque «morose» où la mal vie tue les habitants à petit feu. Des milliards ont été «gaspillés» sans qu’il y ait un «renouveau». Ce qui explique le flux migratoire vers le Nord ou plutôt les grandes villes d’Algérie. Le développement des hauts plateaux et les milliards dépensés n’ont pas pu redonner espoir à cette population qui manque de «tout». Au sud et à l’intérieur du pays, l’inculture fait des ravages, des jeunes n’ayant jamais été dans une salle de cinéma ou théâtre. On se souvient que les premières manifestations des chômeurs ont eu lieu au Sud en 2011. Les leaders de ce mouvement ont été sévèrement réprimés par le pouvoir de Bouteflika sans jamais faire face à ce problème du chômage. C’est dire que cette population souffre le martyre et l’équilibre régional n’a été qu’un «slogan» vide de la part du pouvoir. Il suffit de faire un tour dans les villes de l’intérieur au Sud pour se rendre compte du désastre «politique». Mais le problème de santé et les soins prodigués dans cette région posent problème et les populations ne peuvent plus supporter une telle situation. Ils veulent une prise en charge d’autant que c’est une population à grand majorité «démunie» et «pauvre». Un cancéreux est une charge pour la famille. Se déplacer jusqu’à Alger ou Oran est un calvaire pour le malade. Une séance de chimiothérapie coûte un peu plus cher quand le malade a la chance d’avoir un rendez-vous. Souvent, le malade ou le cancéreux est souvent obligé de faire un scanner ou IRM ou d’autres examens chez le privé à chaque séance. Ce sont des frais supplémentaires que le malade a souvent du mal à supporter, sans parler des frais de déplacement et d’hébergement. Construire des hôpitaux à l’intérieur du pays et au Sud est une nécessité.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*