Accueil » Actualité » Forum sur l’hypertension pulmonaire à l’hôtel Aurassi : Grande fatigue? Consultez un médecin

Forum sur l’hypertension pulmonaire à l’hôtel Aurassi : Grande fatigue? Consultez un médecin

Le laboratoire Janssen veut sensibiliser sur cette maladie rare qu’est l’hypertension pulmonaire, lors de ce Forum, ouvert, hier à l’hôtel Aurassi à Alger. Cet événement ouvert, hier, par le laboratoire, en partenariat avec la société Savante Association Algérienne d’Hypertension Pulmonaire, est la première édition qui a pour objectif d’expliquer les nouvelles classifications de la maladie, les actualités thérapeutiques ainsi que la prise en charge. Le diagnostic est très difficile en raison de la faible spécificité des symptômes. Il n’existe pas, selon les responsables du laboratoire, de signes fonctionnels spécifiques à part que le sujet peut ressentir un essoufflement, des douleurs thoraciques et une grande fatigue. Lors de ces travaux, le PR O.Sibton des hôpitaux de France a rassuré, devant les praticiens et imminents professeurs algériens présents qu’une évolution a été enregistrée en France concernant la prise en charge de la maladie HTAP. Le traitement médical a bien porté avant le recours à la chirurgie. Il s’agit de la baisse de mortalité grâce à l’amélioration des résistances et grâce au traitement individualisé. Pour lui, il existe moins de complication grâce notamment à l’amélioration des techniques par les Japonais. Selon la PR Achour, spécialiste en chirurgie sporadique et chef de service à l’hôpital « Maillot » à Alger, il faut se donner les moyens pour pouvoir diagnostiquer d’abord la maladie ensuite pour la traiter d’une manière continue. Elle lance un SOS pour, dit-elle, nous donner en tant que chirurgiens et praticiens la permission de les opérer en Algérie, sans recourir à une prise en charge à l’étranger qui très souvent est coûteuse et faramineuse. L’urgence serait de les diagnostiquer grâce à un plateau technique adéquat performant pour mieux cerner ce diagnostic. Selon notre interlocutrice, la HTAP est une maladie qui crée une hypertension dans le système cardio-pulmonaire. Elle peut tuer en cas d’absence de diagnostic et de prise en charge. En Algérie, beaucoup d’efforts ont été consentis par la société pour l’amélioration de la prise en charge de cette maladie qui est très souvent liée à un statut congénital, nous affirme la Pr Achour, rencontrée en marges de ce Forum, organisé hier, par le Laboratoire Jensen à l’hôtel Aurassi, car conclut-elle, les compétences ne manquent pas en Algérie. Les PR qui se sont succédé, ont plaidé en faveur de la formation de personnes en matière thérapeutique pour la prise en charge des patients. Pour eux, cette maladie rare doit être diagnostiquée d’où la sensibilisation et l’intérêt du dépistage. Le président de l’Association Algérienne de l’Hypertension artérielle, le PR Amrane, compte lancer un fort mouvement dans le milieu sanitaire et auprès des Algériens pour engager le débat pour sensibiliser sur cette pathologie pour qu’elle ne connaisse pas le même cheminement qu’a connu le plan anti-cancer, dit-il. En Algérie, il a été constaté plus de 67% des patients d’où l’urgence d’un diagnostic précoce qui est crucial car la survie est étroitement liée à ce dépistage. La PR Slimani abonde dans le même sens que les autres intervenants sauf que pour elle, la HTAP chez la femme concerne surtout les cas de grossesse et les modalités de suivi. Il a été recensé 2,4 cas par un million d’habitants, âgés entre 30 à 50 ans. Les femmes, selon l’intervenante, ont un meilleur pronostic que les hommes et la mortalité maternelle se situe de 07 femmes sur 151 soit 4,6% de mortalité. La grossesse serait déconseillée car elle expose la femme au risque qui aggrave la maladie et elle sera peu supportable par la femme enceinte. Une interruption de grossesse reste la seule solution pour une femme porteuse de cette maladie.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*