Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Tous pour l’école!

Pôle & Mic : Tous pour l’école!

Lors de la réunion du conseil des ministres, ils ont parlé de la qualité de l’enseignant en avouant clairement que l’enseignement laisse à désirer et que nos enfants désertent les filières des mathématiques. Les ministres ont aussi évoqué le sujet du cartable «lourd». L’actuel gouvernement reconnaît officiellement l’échec d’une politique qui avait été dénoncée par l’opposition et l’élite. Ce qui est certain, l’école est encore sinistrée. Une expertise est plus que nécessaire pour déterminer l’origine du mal qui ronge notre école. Benghabrit a été critiquée surtout par les syndicats et les islamo-conservateurs qui lui ont mené la vie dure depuis son installation. Les rares critiques objectives et sérieuses ont évoqué un décalage entre l’environnement social et notre école. A les croire, il aurait été question de former une « élite » et des « génies ». Ce qui est sûr, le programme de nos enfants à l’école est très chargé et il suffit de suivre des enfants dans l’élémentaire pour se rendre compte que nos élèves sont stressés et n’ont pas le temps de jouer. Les élèves du primaire sont, tout le temps, en train de lire et de réviser. Et donc, pas de temps de faire du sport et de l’animation culturelle. Nos écoles sont dépourvues de moyens pour exercer du sport ou d’apprendre à l’élève de s’initier à l’art. Dans certaines écoles, il n’y a même pas de cantine ou un amphi. Depuis les années 80, nous sommes en train de parler de réforme du système scolaire et aucune réforme n’a donné ses fruits, car les réformes ont été trop «politisées». Les politiques doivent libérer l’école. Les islamistes et les nationalistes ont toujours été «actionnés» pour faire échec aux réformes. Les syndicats des enseignants ont aussi leur part de responsabilité, car s’occupant que d’elles-mêmes sans jamais se soucier du sort de nos enfants. Le pouvoir a su les «modeler» à sa manière. L’école algérienne est malade. Il faut agir vite d’autant que nos enfants ne peuvent plus supporter cette «pression».

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*