Accueil » Chronique » Point de Vue : Les frontières de…. toutes les menaces

Point de Vue : Les frontières de…. toutes les menaces

Je ne vais rien inventer en disant, que nos frontières avec la Libye et les pays du Sahel, notamment le Mali et le Niger, sont devenues des sources d’insécurité réelles et potentielles pour l’Algérie. Dans ces trois pays devenus en matière de sécurité et politiquement instables, suite à un concours de facteurs, dont il n’est pas commode de les relater dans cet espace réduit. Ces trois pays totalisent une frontière commune, avec l’Algérie de 3262 km. Une aussi longue frontière devrait, normalement, imposer ses exigences, qui ne sont pas du tout minimes. Il faut donc un renforcement de troupes d’intervention rapides – des unités, des régiments qui sont prêts pour toute éventualité. En plus, une vigilance accrue des groupements des gardes-frontière. Tout cela devrait être renforcé par un travail de Renseignements de fond, perspicaces et persévérants. Le mal viendrait, surtout, des groupuscules armés. Pour ce qui est des Etats et des régimes politiques de ces pays, il est très improbable que quelqu’un parmi pourrait avoir le culot de penser à nuire à l’Algérie… Justement, le danger de ces groupuscules armés vient, notamment, des puissances régionales et internationales, qui les manipulent. L’avantage de l’Algérie, c’est bien sa neutralité. C’est qu’elle n’est pas partie intégrante dans les conflits qui se passent dans ces contrées. Elle a, tout le temps, évité de s’aligner sur une quelconque partie. De toute évidence, elle a le droit, d’avoir des contacts, dans un cadre purement sécuritaire, avec des groupuscules armés, en Libye et au Sahel, tant que ces derniers s’engageront à ne pas nuire à l’Algérie, à ses intérêts et son intégrité territoriale.. Nous sommes entourés de partout, par un incendie ravageur qui n’est pas prêt à s’éteindre dans les prochains jours. Cela doit nous exiger un alliage de diplomatie efficace et de vigilance sécuritaire soutenue. L’expérience tragique de Tiguintourine est là pour nous apprendre que l’ennemi pourrait se trouver et suite à un petit relâchement de vigilance, à l’intérieur d’un site gazier, en train de nos proférer des menaces de mort et de désolation…Nous nous sommes bien défendus. Mais, comme vous l’avez tous constaté, comment la «communauté internationale» avait réagi négativement, à notre cas de légitime de défense. Ces agresseurs n’ont pas été interceptés à la frontière, mais, devant Dieu et les Hommes, à l’intérieur du territoire national, en occupant, par l’usage de la terreur armée, un site gazier. Cet acte abominable, commis lâchement devant tout le monde et condamnable par le droit international, n’a pas suffit à donner raison à l’Algérie de se défendre. Le point faible de l’Algérie est, justement ces 6511 km de frontière, qui sont à plus de 80 pour cent des régions sahariennes arides, des «no man land», pas facile à maîtriser, pas facile à contrôler …

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*