Accueil » Actualité » Suite à l’invitation du président Tebboune : Erdogan aujourd’hui en Algérie

Suite à l’invitation du président Tebboune : Erdogan aujourd’hui en Algérie

Nouveau contexte: la première visite d’Erdogan en Afrique en 2020 aura lieu en Algérie. Entre Alger et Ankara, les visions sont de plus en plus convergées vers des intérêts communs mais aussi vers une coopération renforcée sur des dossiers géo stratégiques et d’intérêt régionaux comme la crise libyenne. Selon les médias turcs, le président de la République de la Turquie était attendu en Algérie les 26 et 27 janvier 2020. Recep Tayyip Erdogan y devra en effet entamer une visite officielle d’Etat de deux jours et sera accompagné d’une forte délégation ministérielle représentante de plusieurs secteurs dont l’économie, le commerce et les affaires. Il sera aussi accompagné de dirigeants d’entreprises à l’occasion d’un forum d’hommes d’affaires attendu entre les deux pays afin de booster la coopération bilatérale sous plusieurs angles. Il n’y a pas que ces dossiers, puisque le dossier libyen et celui de la lutte contre le terrorisme figurent également dans l’agenda de visite du président Turc. Erdogan a accepté l’invitation du président algérien Abdelmadjid Tebboune pour une visite d’Etat, a annoncé mardi la présidence. Le président Recep Tayyip Erdogan devrait donc entamer une visite en Algérie qui durera deux jours. L’Algérie est un partenaire incontournable de la Turquie en Afrique. Il s’agit de donner un élan accru aux échanges mutuels. L’Algérie était le 6ème client de la Turquie avec des exportations algériennes de l’ordre de 2 milliards de dollars en 2017. En 2018, 300.000 algériens ont visité la Turquie selon l’Ambassade turque. Au moins trois pays seront visités par le chef d’Etat. Mais Erdogan espère aller au-delà et veut fructifier ses relations actuellement au beau fixe avec l’Algérie. L’Algérie sera le premier pays à accueillir le dirigeant turc dans sa nouvelle tournée. Recep Tayyip Erdogan devrait y rencontrer le président Abdelmadjid Tebboune, fraîchement élu à la tête du pays. Les deux dirigeants devraient évoquer l’évolution de la crise en Libye, pays avec lequel l’Algérie partage une frontière terrestre. Ces derniers mois, la Turquie a intensifié ses actions dans le pays déchiré par des violences, avec notamment l’envoi de troupes turques sur le sol libyen. «Je sais que notre amie la Turquie est un grand État et les relations entre la Turquie et l’Algérie sont très étroites», a déclaré Tebboune. Le Chef d’Etat algérien a ajouté qu’il était heureux d’accueillir Çavusoglu. Le chef de la diplomatie turc Mevlut Cavusoglu a visité l’Algérie le 6 janvier dernier. Il est heureux de retrouver le président algérien Tebboune. Dans une déclaration sur Twitter, Çavusoglu a souligné que les deux pays étaient déterminés à améliorer leurs relations. Concernant l’investissement turc en Algérie, il serait situé autour de 3,5 milliards de dollars. Les deux pays collaboreraient pour accroître les échanges touristiques et culturels notamment. Avant sa rencontre avec le président, Çavusoglu a rencontré son homologue algérien Sabri Boukadoum et le Premier ministre Abdelaziz Djerad. Deux autres pays, le Sénégal et la Gambie, recevront la visite du président turc. Celui-ci y discutera essentiellement coopération économique, lui qui veut faire d’Ankara un des principaux partenaires commerciaux du continent noir, notamment en renforçant ses relations avec les pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cette nouvelle tournée succède à celle effectuée en février 2018 et qui a vu le président turc visiter l’Algérie, le Mali, le Sénégal et la Mauritanie. Elle devrait également préparer le troisième sommet Afrique-Turquie prévu pour se tenir à la fin du mois d’avril 2020. Mais avec le sinistre qui vient de frapper la Turquie, cette visite risque d’être reportée à une date ultérieure. Rappelant qu’un séisme d’une magnitude de 6,8 sur l’échelle de Richter a été mesuré dans l’est de la Turquie vendredi. Il a coûté la vie à au moins 21 personnes dans les provinces d’Elazig et de Malaty. Les habitants en panique se sont précipités dans les rues et plusieurs immeubles se sont effondrés. La terre a tremblé dans l’est de la Turquie, vendredi 24 janvier, où un séisme de magnitude 6,8 sur l’échelle de Richter s’est produit, ont annoncé les autorités turques. Au moins 21 personnes sont mortes dans la catastrophe, selon le dernier bilan provisoire. Le séisme a eu lieu dans le district de Sivrice, dans la province d’Elazig, vers 20h55 locale (17h55 GMT), selon l’Agence gouvernementale des situations de catastrophe (Afad). L’institut américain USGS a mesuré la secousse à 6,7. Les secouristes tentent d’extraire au moins 30 personnes bloquées sous les décombres de bâtiments effondrés à Elazig, a pour sa part indiqué le ministre de l’Intérieur Suleyman Soylu. La télévision turque a diffusé des images d’habitants paniqués se ruant à l’extérieur des bâtiments, et d’au moins un immeuble dont le toit était en feu.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*