Infos
Accueil » Actualité » Dès le début de la crise, l’ANP savait et a préparé sa stratégie : Le complot se tramait contre l’Algérie

Dès le début de la crise, l’ANP savait et a préparé sa stratégie : Le complot se tramait contre l’Algérie

L’ANP a pu déjouer le complot fomenté contre l’Algérie. C’est une certitude de dire que l’armée algérienne s’est dressée tel un rempart contre les tentatives de violations de la Constitution. Le Général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP) l’a dit une nouvelle fois. L’Algérie était confrontée durant la crise politique à une menace bel et bien réelle. Une stratégie a été élaborée pour faire face à ce danger. Le plus grave est que ce danger se tramait en «secret». Dès le début de la crise, l’armée savait que le complot se tramait contre notre pays. Preuve en est que l’institution militaire a pris de grandes précautions pour accompagner le Hirak depuis le 22 février sans le moindre incident ou faille. Elle a aussi accompagné la justice dans sa mission de respect des lois de la république dans le domaine de lutte contre la corruption. Et pour clore, elle a insisté pour que l’institution militaire soit « éloignée » du champ politique alors en pleins balbutiements. Le fait que le Général avait à maintes reprises déclaré que l’ANP ne comptait pas investir le champ politique durant cette crise, a mis à nu les tentatives de déstabilisations et les infiltrations du Hirak. Ce n’est pas tout puisque l’ANP digne héritière de l’armée de libération nationale a fait preuve d’un sens de communication remarquable avec le peuple. Chaque mardi, dès le début de la crise politique, le général s’exprimait devant le peuple pendant ses visites d’inspection aux régions militaires. Maintenant que les desseins inavoués contre l’Algérie sont démasqués place au respect des droits du peuple à l’expression de ses revendications majeures et à la tenue des présidentielles dans les brefs délais. Il s’agit autrement dit, d’un vrai processus démocratique monté « pierre par pierre » pour construire l’édifice politique pluraliste de l’Algérie de l’après Boutef ». L’échéance du 12 décembre demeure la seule manière donnée au peuple d’exprimer son choix démocratique en toute liberté et sans entrave. Le Général a affirmé, mercredi, à Tamanrasset que l’ANP savait, « dès le début de la crise, qu’un complot se tramait en secret contre l’Algérie » et avait « élaboré une stratégie efficiente » pour y faire face, a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). « Je voudrais, de prime abord, indiquer que nous savions, dès le début de la crise, qu’un complot se tramait en secret contre l’Algérie et son peuple, nous avons dévoilé ses tenants et aboutissants au bon moment, de même que nous avons élaboré une stratégie efficiente exécutée par étapes, conformément à ce que nous permettent la Constitution et les lois de la République », a-t-il indiqué dans une allocution d’orientation diffusée à l’ensemble des unités de la 6ème Région via visioconférence. « Nous avons fait face à ce dangereux complot qui visait à détruire notre pays, et le Haut Commandement de l’Armée nationale populaire a décidé, de par sa responsabilité historique, de faire face à la bande et avorter ses desseins abjects. Nous nous sommes engagés devant Allah et la patrie, à accompagner le peuple et les institutions de l’Etat et nous avons tenu parole », a-t-il soutenu. Il a souligné que « nous avons adopté, en nous adressant aux fidèles citoyens de cette chère patrie, un discours clair et franc, tel que nous l’a appris notre glorieuse Révolution de libération ». Le Général de Corps d’Armée a affirmé que « tous nos discours émanant du principe du patriotisme, dans son concept global, et sont imprégnés de constance dans la sincérité de l’orientation que le Haut Commandement de l’Armée nationale populaire n’a eu de cesse d’exprimer à l’opinion publique nationale, tout particulièrement, à chaque fois que l’occasion se présente ». Selon lui, « le peuple s’est, ainsi, rallié à son armée tel un seul homme. Cette position, marquée par la communion, la solidarité et la compréhension commune de ce qui se passe dans le pays, restera gravée dans l’histoire ». « Nous remercions Allah, nous avons préservé ensemble les institutions de l’Etat et sauvegardé leur bon fonctionnement. Ces institutions qui ont pu réaliser, en un laps de temps, des résultats notables, qui ont contribué à rassurer le peuple et à instaurer un climat de confiance mutuelle », a-t-il ajouté. L’ANP a su préserver les institutions de l’Etat ce qui est considéré comme un garant du processus politique démocratique en Algérie.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*