Accueil » Actualité » Après le tragique concert du chanteur SOOLKING : Une enquête et des limogeages

Après le tragique concert du chanteur SOOLKING : Une enquête et des limogeages

Sur les lieux, nous avons notamment remarqué la présence en renfort des éléments de la Gendarmerie mais ce sont les BRI qui étaient en nombre à l’entrée du stade, jeudi dernier, vers 16 h, bien avant le commencement du gala qui n’a eu lieu que vers 20 h après que la foule commençait à s’échauffer, réclamant son idole. La justice vient de diligenter une enquête suite aux événements ayant prévalu, jeudi dernier, au stade au quartier de Belouizdad à Alger pour déterminer les circonstances du décès de 05 jeunes et une centaine de blessés évacués vers l’hôpital le plus près qui n’est autre que celui de Mustapha Bacha. Suite à cet incident, le procureur de la République s’est d’abord déplacé sur les lieux du gala après ces événements, ensuite à l’hôpital où ont été transférés les victimes et les blessés. Le chanteur, tant adulé par ses millions de jeunes fans et notamment des familles entières qui ont fait le déplacement, s’est exprimé sur sa page Facebook après avoir changé sa photo de profil par un message de deuil regrettant cette suite des événements. Il s’est dit qu’il était non informé de ce qui s’est passé et n’avoir pas été mis au courant par son staff et par les organisateurs eux-mêmes de ce qui s’est passé pour répondre aux diatribes de ceux qui l’accusaient de n’avoir pas interrompu son tour de chant au niveau de ce stade archicomble. Le Premier ministre a d’abord commencé par démettre de ses fonctions le premier responsable de l’ONDA, Samy Bencheikh. Selon l’artiste et chanteur cheikh Mourad El Baez, « effectivement, ce n’est pas le rôle de l’ONDA d’organiser des spectacles ; déjà, ils font mal leur travail, la quasi-totalité des artistes ne perçoivent pas leurs droits, ils s’amusent à organiser des galas, car pour lui, les droits d’auteur doivent être autonomes et gérés par des artistes et non par des fonctionnaires ». La question qui taraude les esprits est pourquoi Samy Bencheikh avait-il changé d’avis à la dernière minute suite aux pourparlers avec les responsables du stade 05 juillet pour la tenue de ce gala tel que convenu vu le nombre impressionnant de fans ? Pourquoi a-t-il opté ensuite pour le stade du 20 août 1956 qui se trouve au centre-ville de Belcourt, avec la problématique du stationnement mais surtout des portes de secours entrées et sorties tel que nous l’avons constaté de visu puisque les organisateurs avaient du mal à gérer ces issues qu’ils avaient fermées devant les bousculades ? Le méga concert du rappeur algérien SOOLKING a focalisé l’attention de l’opinion nationale après que des victimes soient tombées faute d’organisation par l’ONDA (office des droits d’auteur). Rappelons que c’est l’ex-ministre Azzedine Mihoubi qui avait décidé de décharger l’ONCI de l’organisation de concerts et événements, au profit de l’ONDA qui se chargeait de droits d’auteur et aucune expérience en la matière, selon les propos des uns et des autres que nous avons rencontrés après ces événements tragiques à Alger. L’ex-ministre de la Culture a incontestablement et dans sa logique, tenté de mettre en quarantaine l’ex-patron de l’ONCI après que Lakhdar Bentorki ait affiché son bras de fer avec le ministre à cause des milliards partis en fumée dans l’organisation de galas et spectacles par l’office. L’Algérie, rappelons-le, a bien organisé en 1994 alors que nous étions assis sur le charbon terroriste, le fameux et inoubliable gala de feu Cheb Hasni, assassiné plus tard par la horde sauvage et ensuite le gala de la diva Warda El Djazairia en 1995 après son retour triomphal en Algérie, le chanteur égyptien Hani Chaker en 2005 entre autres sans que des incidents graves ne viennent perturber les soirées.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*