Accueil » Régions » Tissemssilt : Une rentrée sociale difficile à l’Ouarsenis

Tissemssilt : Une rentrée sociale difficile à l’Ouarsenis

Avec les factures salées de l’électricité, de l’AEP, du téléphone et les pseudo-vacances ainsi que l’Aïd El Adha qui ont coûté les yeux de la tête aux parents, les tracasseries de la rentrée sociale ne font que commencer, mettant en difficulté les budgets des ménages qui ne savent plus à quel saint se vouer, car contraints de satisfaire les caprices de leur progéniture même en s’endettant vu qu’ils n’ont pas le choix, scolarité des enfants oblige. De ce fait, un véritable parcours du combattant attend les pères de famille chaque année en pareille période. Et ce n’est que le début parce que les fournitures, l’assurance scolaire, les livres et autres frais attendent encore. Si de nombreux parents et familles dans le souci d’atténuer les dépenses ont jeté leur dévolu sur le marché, les prix frisant l’inimaginable pratiqués dans le chef-lieu de wilaya de Tissemsilt, d’autres en revanche dont la bourse est très faible, se rabattent sur la friperie dont les prix ont aussi augmenté en raison du rush des citoyens. Enfin, dans une wilaya où le chômage frôle les 30% touchant de plein fouet la masse juvénile et la friperie demeurent de loin les lieux privilégiés pour les pauvres et autres démunis dans l’attente de jours meilleurs. Nombreux sont les citoyens qui espèrent voir l’administration respecter son engagement de distribuer les centaines de logements réalisés, mais non encore habités. La rentrée sociale s’annonce difficile. Le chômage, la cherté de la vie et la bureaucratie, sont autant de facteurs qui participent à instaurer un climat de suspicion et de crainte pour la stabilité du pays. La wilaya de Tissemsilt, et à l’instar de ses semblables, vit cet état de crise.
Le secteur de l’éducation reste celui où les syndicats demeurent les plus actifs et les plus menaçants dès la rentrée scolaire. Sur le plan du développement local et même si la wilaya a connu une nette amélioration, beaucoup reste à faire. Le manque d’investisseurs freine l’effort consenti pour résorber le chômage. L’emploi et malgré la mise en place de plusieurs formes de recrutement, la demande d’un travail décent, durable et suffisamment rémunéré, reste un vœu et une exigence de la jeunesse. L’étincelle peut émaner de cette catégorie sociale qui voit son avenir compromis et qui accuse les pouvoirs publics de l’avoir abandonnée. Après le chômage et ses répercussions sur la société, le logement reste le second dossier qui aura retenu l’attention pendant toute l’année. «Une demande cumulée des années durant, face à une offre toujours insuffisante», cette phrase résume les déboires d’un secteur où ni le privé ni le public ne donnent l’impression de maîtriser la situation. Nombreux sont les citoyens qui espèrent voir l’administration respecter son engagement de distribuer les centaines de logements réalisés mais non encore habités. La recherche d’un toit demeure le souci de tout Algérien majeur. Ni le million de logements annoncé par l’ex-président ni la réalisation des reliquats des années passées ni la diversité des formules…ne sont arrivés à résorber une demande de plus en plus pressante. Ce déséquilibre, source de beaucoup d’instabilité au sein de la société, ne doit pas pour autant minimiser les efforts faits depuis les 10 dernières années en matière d’inscription et de réalisation. Un autre secteur peut être source d’instabilité. Là aussi et pour être objectif, précisons que plusieurs structures ont été réalisées à travers toute la wilaya. Annoncé comme année de la récolte des efforts de ces dernières années, l’exercice en cours peut contredire les prédictions et être une année qui verra Tissemsilt avancer. C’est le moins que puissent lui souhaiter ses habitants. Le blocage des routes et les sit-in… qui avaient doublé d’intensité, tout au long des semaines passées, restent un spectre qui plane au-dessus des têtes avec cette rentrée sociale placée sous haute tension.

À propos M’HAMED B.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*