Infos
Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Chantage!

Pôle & Mic : Chantage!

Depuis mars, les fuites des entretiens téléphoniques et des vidéos des réunions, entre responsables de l’ancien système de Bouteflika, ne cessent d’être dévoilées au grand public. Et pourtant, nous ne sommes qu’au début de la guerre des clans. Le clan, actuellement en prison, n’a pas encore dévoilé toutes ses cartes, car espérant soit un changement de système ou en attendant le procès. Des têtes tomberont, car au sein même du clan de Bouteflika, chacun se méfiait de l’autre. Et donc, chacun filmait ou enregistrait à l’insu de l’autre lors des réunions ou rencontres. Les clans avaient prévu de se faire du chantage. Le citoyen découvre les clans et il sera déçu. Auparavant, vers 1999 et 2000, nous avons assisté à une situation presque pareille sauf qu’à l’époque la guerre des clans se passait au sommet du pouvoir par presse interposée. Aujourd’hui, on déballe tout sur les réseaux sociaux et on laisse libre cour aux interprétations. Aujourd’hui, le simple citoyen est impliqué et associé à la guerre des clans. Aujourd’hui, les clans veulent prendre à témoin le citoyen et non pas uniquement l’élite ou des partis politiques. La guerre des clans va s’intensifier à l’approche des procès et s’il y a prochainement, des présidentielles. Ils ne vont pas se faire de cadeaux à moins d’un deal. Tous les clans savent que la corruption est très répandue au sein de tous les clans. Déjà, le FLN tente de se disculper de la mauvaise gestion du pouvoir de Bouteflika en laissant croire que le FLN aurait été otage du pouvoir tout en incriminant leurs anciens partenaires. Le RND laisse indiquer, par la voix d’Ouyahia dans une vidéo fuitée, qu’il aurait été entraîné par le FLN qui aurait «trafiqué» les élections tout en évoquant l’argent sale de la campagne électorale. Déjà, juste avant le 22 février, des documents compromettants sur des personnalités politiques et des hommes d’affaire ont été divulgués et remis à des journaux électroniques. La guerre des clans s’était intensifiée après la saisie de la cocaïne au port d’Oran. La série des scandales ne fait, au fait, que commencer !

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*