Accueil » Oran » Au lendemain de la célébration de l’Aïd El Adha : Un service très minimum dans plusieurs directions et entreprises

Au lendemain de la célébration de l’Aïd El Adha : Un service très minimum dans plusieurs directions et entreprises

Un service très minimum qui contraste avec les départs des congés, est observé au lendemain de la célébration de l’Aïd El Adha au niveau de plusieurs directions névralgiques et entreprises, ce qui pose la sempiternelle question de la gestion optimale des affaires courantes des citoyens en cette période estivale spéciale, marquée par le contexte apolitique national. La logique veut qu’avec les départs en congé annuel des responsables locaux et des entreprises, un service ne serait-ce qu’optimal doit être observé pour ne pas pénaliser les citoyens. Il en est de même pour les représentants des secteurs urbains et des antennes de la plus grande ville d’Algérie qui donnent l’impression, ce mois d’Août, d’être vidés de leur ossature et personnels sortis en congé, laissant les citoyens pantois et perplexes ne sachant à quel saint se vouer pour régler leurs doléances. Ces derniers sont sommés de prendre leur mal en patience attendant le retour des responsables concernés pour leur signer les documents à la prochaine rentrée sociale. Ça n’en finit pas puisque, hormis les locaux de commerce, les hôtels, les plages et les rares sociétés ou entreprises dont les personnels sont encore en service, c’est le laxisme total au niveau de certaines structures en charge de gestion des affaires quotidiennes des citoyens. Ainsi, à titre d’exemple, le problème de retrait des attestations et des transferts des élèves d’établissements vers d’autres en raison de changement de résidence ou de nouvelles affectations de travail des parents, devrait attendre la rentrée scolaire pour qu’il soit réglé. De même que les nouvelles attributions de logement qui sont suspendues jusqu’à la mi-septembre, croit-on savoir de certaines sources. A moins de vingt jours de la rentrée sociale et malgré le contexte politique spécial que traverse le pays, des responsables n’ont pas jugé utile de «sacrifier» leur congé.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*