Infos
Accueil » Actualité » Gaïd Salah souhaite la tenue d’un dialogue national : «Il n’est plus question de perdre davantage de temps»

Gaïd Salah souhaite la tenue d’un dialogue national : «Il n’est plus question de perdre davantage de temps»

Le Chef de l’Etat a, ce faisant, entamé son long périple d’audiences en faveur des personnalités nationales suite à son discours à la Nation, le 3 juillet, pour l’ouverture d’un dialogue national inclusif pour l’élaboration d’une «feuille» de route de sortie de crise, un préalable à la prochaine élection présidentielle. Il l’a fait avec le Panel des 13 personnalités politiques. Ce dialogue, tel que suggéré par le Chef de l’Etat ne devrait pas inclure les autorités politiques et l’armée. Seulement voilà, certains cercles tentent de mettre les bâtons dans les roues sur ce même dialogue, d’autres préférant de négocier ou d’arracher des compromis. Par exemple, on chercherait à dénicher de faux alibis ou interférer dans le rôle de la justice dans son travail de lutte contre la corruption. Alors que le bon sens veut que ce dialogue soit avant tout « loin des intérêts et des préalables ». Qu’est-ce qui fait donc retarder tant l’émergence d’un consensus sur la prochaine présidentielle. Cela fait presque vingt sept jours que Bensalah a annoncé ce dialogue. Cela donne une idée préconçue sur les intérêts des uns et des autres à vouloir avorter ce dialogue qui est « une véritable opportunité » selon Hamrouche. C’est beaucoup pour un pays qui est sans président élu depuis voilà quatre mois. L’Armée qui a accompagné la transition dit qu’ « il ne faut plus perdre de temps ». Autrement dit, il faudrait saisir la chance de ce dialogue. Le Général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a exprimé, mardi, son souhait de voir le dialogue national se dérouler « loin de la méthode imposant des préalables allant jusqu’aux diktats ». Le Général de corps d’Armée a « valorisé les étapes franchies sur la voie du dialogue national, notamment après l’audience accordée par le chef de l’Etat à un groupe de personnalités nationales, qui se chargera de la conduite de ce dialogue, s’engageant à mettre à disposition les moyens nécessaires et réunir les conditions idoines pour l’organisation des présidentielles dans les plus brefs délais », indique un communiqué du Ministère de la Défense nationale. « Dans ce domaine et en réponse aux exigences de cet intérêt suprême de la patrie, le Haut Commandement de l’ANP a œuvré, depuis le début de la crise, à adopter une approche empreinte de rationalité dans sa présentation, de logique dans son traitement et de réalisme dans l’accompagnement du peuple algérien et des institutions de l’Etat, affirmant à maintes occasions, qu’il n’a aucune ambition politique, sauf être au service de la nation et de ses intérêts suprêmes », a-t-il souligné dans une intervention à l’occasion d’une cérémonie en l’honneur des meilleurs lauréats des Cadets de la Nation au Baccalauréat et au BEM, session juin 2019. « Dans ce contexte précisément, nous valorisons, au sein de l’ANP, les étapes franchies sur la voie du dialogue national, notamment après l’audience accordée par le chef de l’Etat à un groupe de personnalités nationales, qui se chargera de la conduite de ce dialogue, s’engageant à mettre à disposition les moyens nécessaires pour l’accompagner dans cette noble démarche et réunir les conditions idoines pour la tenue des présidentielles dans les plus brefs délais », explique-t-il. Pour le chef d’Etat-major de l’ANP, « il n’est plus question de perdre davantage de temps, car les élections constituent le point essentiel autour duquel doit s’axer le dialogue, un dialogue que nous saluons et espérons qu’il sera couronné de succès et de réussite, loin de la méthode imposant des préalables allant jusqu’aux diktats », a-t-il souligné. A cet égard, il fait savoir que « de telles méthodes et thèses sont catégoriquement rejetées, car l’Algérie a besoin aujourd’hui de ceux qui se sacrifient pour elle et qui élèvent l’intérêt suprême de la patrie au-dessus de toute considération, de ceux qui font preuve d’intégrité, de sagesse, de sérénité et de clairvoyance, ceux qui haussent le niveau du débat et s’élèvent au-dessus des questions secondaires et s’écartent de la surenchère, car il s’agit de l’avenir du peuple et du destin de la nation ». A propos des « intentions » de certains cercles de nuire au dialogue, le chef d’Etat-major de l’ANP a évoqué « certaines idées empoisonnées que véhicule la bande et qu’adoptent certains porte-voix qui orbitent autour d’elle, notamment l’appel à l’élargissement des détenus, qualifiés à tort comme des prisonniers d’opinion, l’atténuation des mesures sécuritaires entreprises au niveau des entrées de la capitale et des grandes villes et les tentatives de porter atteinte à la crédibilité et à la performance des institutions de l’Etat, à travers des rumeurs qui visent à tromper l’opinion publique et à compromettre les efforts des responsables intègres et dévoués ». « Il n’est pas permis à quiconque d’interférer dans son travail (justice) et ses prérogatives ou tenter d’influer sur ses décisions », ajoute-t-il. « En effet, les institutions de l’Etat et l’appareil de justice ont démasqué les intentions pernicieuses de la bande et se sont mobilisés, plus que jamais, afin de faire réussir l’opération de lutte contre la corruption, atteindre son objectif, relever le défi de traiter les dossiers de corruption présentés auprès de la justice et juger ceux qui y sont impliqués, avec rigueur, impartialité et sérénité, notamment après que le Haut Commandement de l’ANP s’est engagé à fournir les garanties suffisantes pour accompagner les mesures qu’a prises et que prend encore la justice dans ce domaine », a-t-il ajouté. « Concernant l’appel suspect et illogique portant sur l’atténuation des mesures sécuritaires entreprises au niveau des entrées de la capitale et des grandes villes, je tiens à indiquer que ces mesures préventives prises par les services de sécurité pour la sécurisation des marches, sont des mesures prises pour l’intérêt du peuple et non le contraire », a indiqué le général de corps d’Armée.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*