Infos
Accueil » Actualité » Un collectif compte présenter le projet au futur président : Les 101 idées de sortie de crise

Un collectif compte présenter le projet au futur président : Les 101 idées de sortie de crise

Ce Collectif qui parait ambitieux compte rassembler 101 idées de sortie de crise et les présenter au futur président de la République élu, a-t-on appris lundi auprès des auteurs de cette initiative. Ces derniers souhaitent apporter leur contribution à l’édification d’une société « juste, prospère, réconciliée avec elle-même ». Le Chef de l’Etat Abdelkader Bensalah avait, rappelons-le, inauguré le bal des rencontres avec les compétences nationales dans le cadre d’un dialogue «inclusif» permettant, selon lui, au pays de sortir de la crise. Des noms ont été avancés par ci, par là pour faire partie de ces initiatives à l’image de la moujahida Djamila Bouhired ou encore Taleb Ibrahimi, l’ex ministre des affaires étrangères au temps de l’ex président, le défunt Chadli Benjedid, en vue de mener des consultations avec le Gouvernement au sujet des revendications nées au lendemain du Hirak. Or, rien d’officiel n’avait jusqu’ici filtré depuis. Certaines initiatives sont contestées alors que d’autres sont compromises. La moujahida Bouhired a démenti, il y a quelques jours, les informations selon lesquelles elle aurait été contactée pour figurer dans l’une des initiatives de sortie de crise. Ce qui renvoie implicitement à s’interroger si toutes ces initiatives vont voir le bout du tunnel. Il n’empêche que – et c’est peut-être là où réside la nouveauté- le Collectif d’algériens qui vient de faire son baptême se démarque des initiatives précédentes. Il n’a pas de programme politique ni un programme économique. Il propose simplement des « idées » pour l’après élections présidentielles. En d’autres termes, il veut apporter ses idées au futur président de la République qui sera élu démocratiquement par le peuple. Dans une contribution « inclusive plurielle et participative » pour l’accompagnement de la transition démocratique en Algérie, le collectif « 101 idées pour l’Algérie ». Il aspire à être un laboratoire d’idées et une force de proposition « originale innovante et participative », va éditer un recueil « simple, accessible et pratique » qui explique les priorités du pays, notamment les axes stratégiques, les actions, les cibles, les supports, les acteurs, les indicateurs et le budget. Ce collectif, s’affirmant comme un collectif non corporatiste, non confessionnal, non militant et à but non lucratif, compte à cet effet apporter une « expertise d’usage » et participer « activement » aux décisions du pays, comme il s’engage à garantir et assurer le respect de la liberté d’expression et d’opinion par le biais d’un portail qu’il a déjà mis en ligne (https://101ideesalgerie.org/. Les membres de ce collectif, porté légalement et moralement par la CACI-France (Chambre algérienne de commerce et d’industrie en France), vont regrouper les 101 idées dans un livre de 500 pages et qui seront rendues publiques à l’occasion de la campagne électorale en Algérie. Ce Collectif considère que depuis le 22 février 2019, l’Algérie vit un « puissant et profond » mouvement de contestation pacifique et populaire. Il a indiqué que le peuple algérien veut bâtir une nouvelle Algérie, dont le socle est l’aspiration à l’égalité homme/femme, le respect du pluralisme et de la diversité, la libération des champs politiques, syndicaux et médiatiques. C’est dans ce contexte qu’ils affirment que l’Algérie a besoin de tous ses enfants « sans distinction et dans l’unité, unité qui a marqué le Hirak depuis son début et fut sa teinture principale », soulignant que les Algériens « ont su avec génie, manifester leurs soifs de démocratie et leur volonté de bâtir un Etat de droit ». C’est à travers le portail, une plateforme dépourvue de toute couleur ou appartenance politique, que les citoyens s’expriment et disent « ce qu’ils pensent être le mieux pour le futur de l’Algérie ». Un comité de lecture des propositions postées dans ce portail a été mis en place. Il est composé d’universitaires et chercheurs algériens ainsi que de membres de la communauté algérienne en France, dont Mustapha Mékidèche, Mostefa Khiati, Mohamed-Cherif Belmihoub et Nacer Kettane.

À propos B.H.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*