Accueil » Régions » Mostaganem : «Ouled Bouziane» une agglomération à trois équations

Mostaganem : «Ouled Bouziane» une agglomération à trois équations

A l’origine, un découpage administratif en Algérie a des objectifs et s’impose pour réduire le chômage, assurer un développement économique et social et mieux rapprocher l’administration du citoyen. La localité de  »Ouled Bouziane » est connue pour être visible sur l’axe de la RN 23, route des plages de la Dahra. Une agglomération de plus de 2.500 habitants reste administrativement coincée entre deux daïras et trois municipalités. Une situation extraordinaire qui n’arrange guère le quotidien des habitants de  »Ouled Bouziane ». La daïra de Sidi Ali et sa commune, la daïra de Sidi Lakhdar et ses deux communes se départagent la gestion de cette agglomération. Un état de fait hérité d’un découpage administratif non conventionnel et plutôt anormal. Un tiers des habitants est administré par la commune de Sidi Ali, un autre tiers par la commune de Sidi Lakhdar et le dernier par celle de Hadjadj. Cette localité peine à sortir la tête de l’eau en matière de développement. Inscrire un projet de développement et le réaliser devient un casse-tête interminable pour les municipalités. A se demander à quel président d’APC faut-il se vouer? Le village et les habitants vivent à cheval sur trois options. Par conséquent, le découpage scolaire, les affaires administratives, l’état civil, l’action funèbre, le cadastre, les impôts, la fiscalité, les activités sportives demeurent des tracasseries qui ralentissent même la vie des habitants. Sur le plan de l’évolution de cette agglomération, il y a des énigmes qu’il faut résoudre afin de ne pas léser ces administrés à trois équations. Il ne faut pas qu’un découpage administratif erroné paralyse le développement de cette belle localité.  »Ouled Bouziane » ne doit pas rester otage d’un manque d’initiative. Il faut réagir pour  »libérer » le village. Il est certain que les habitants aspirent à mieux et comptent sur les responsables pour gérer cette situation qui dure et qui devient un désagrément au moment où la wilaya se développe à une vitesse manifeste. Les changements revendiqués par le mouvement populaire ces derniers temps vont, peut-être, donner envie aux responsables de se pencher sur la question. Recouper  »Ouled Bouziane », c’est impulser son développement.

À propos Charef Kassous

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*