Infos
Accueil » Actualité » Un plan d’action en préparation pour combler le déficit : 45 minoteries fermées en Algérie

Un plan d’action en préparation pour combler le déficit : 45 minoteries fermées en Algérie

Un tel chiffre qui n’est pas mince devrait normalement poser des tracas au marché en matière de blé tendre. Un déficit en offre engendré par la fermeture d’un nombre aussi important de moulins et redouté par les opérateurs est-il une réalité? Déjà le Gouvernement, rappelons-le, avait interdit l’approvisionnement de plusieurs minoteries à compter de 2017 en blé tendre, ce qui avait conduit à l’inactivité, de celles-ci au motif que la facture d’importation des produits céréaliers et autres intrants était jugée à l’époque très importante (soit une facture de 60%). Cette fois, le gouvernement n’a pas froid au yeux et passe à la vitesse de croisière. Il décide carrément de fermer 45 minoteries. Il s’agit de revoir les capacités de production réelles des minoteries en activité et de définir en même temps les quotas d’approvisionnement en blé tendre et autres intrants céréaliers. Le Gouvernement tient à rassurer. Il veut coûte que coûte réviser sa copie dans le domaine de l’approvisionnement des minoteries par l’OAIC en blé tendre. Un plan d Action visant à éviter toute rupture ou perturbation d’approvisionnement du marché suite à la fermeture de 45 minoteries, dans le cadre de l’assainissement de la filière céréale, est en cours de préparation, a annoncé dimanche le ministère de l’Industrie et des Mines dans un communiqué. « En application des décisions de la réunion du gouvernement du 10 juillet 2019 relatives à la fermeture de 45 minoteries dans le cadre de la réorganisation et l’assainissement de la filière céréale, la ministre de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt, a présidé samedi une réunion regroupant, les responsables du groupe public Agrodiv et de ses filiales pour établir un plan d’action qui vise à pourvoir au déficit de l’offre que pourrait induire la fermeture des minoteries par les pouvoirs publics afin d’éviter toute probable rupture ou perturbation d’approvisionnement du marché », a indiqué la même source. Lors de cette réunion, Mme Tamazirt a « instruit les cadres de son secteur de mobiliser tous les moyens et préparer la logistique nécessaire pour satisfaire la nouvelle demande du marché, notamment après la fermeture des minoteries et pour éviter toute probable rupture ou perturbation d’approvisionnement du marché », a-t-on expliqué. La réunion a permis aussi de procéder à « l’examen et l’évaluation des capacités de production et de stockage des moulins relevant du groupe « Agrodiv », ainsi que le réseau de distribution des filiales. Cet état des lieux a permis de constater le potentiel dont dispose ces entités publiques », a souligné le communiqué. La ministre, qui est revenue sur la problématique d’approvisionnement des moulins publics par l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) en blé tendre, a donné instruction aussi pour « définir les quotas nécessaires pour atteindre 100% des capacités de ces moulins auprès de l’OAIC afin de satisfaire la demande nationale ». Quelles répercussions de ces mesures sur le marché national du blé tendre? Quel avenir pour la filière céréalière en Algérie? Un site d’information répercutant un communiqué des services du Premier ministre a fait état du limogeage du directeur général de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) Mohamed Belabdi. 45 minoteries ont été fermées pour violation de la réglementation en vigueur à savoir surfacturation et fausses déclarations, indique un communiqué des services du premier ministère sanctionnant une réunion du conseil du gouvernement. Selon la même source, des poursuites judiciaires ont été engagées contre d’autres minoteries qui ont émis de fausses déclarations concernant leurs capacités de production. Le nombre de minoteries incriminées n’a pas été précisé mais on ouligne que ces mesures ont été décidées par le premier ministre Noureddine Bedoui après avoir écouté un exposé du ministre des finances Mohamed Loukal concernant les dernières mesures prises pour préserver les réserves de changes et réduire la facture des importations.

À propos B.H.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*