Accueil » Oran » Santé publique : L’eau vendue dans la rue est-elle potable ?

Santé publique : L’eau vendue dans la rue est-elle potable ?

L’utilisation des citernes à robinet en plastique mal lavés ou peu entretenus pendant de longues périodes sur la voie publique, soulève l’intérêt somme toute particulier des spécialistes de la santé publique. Constituant l’une des principales sources d’inquiétudes des passagers dans la ville, l’utilisation en public de différents ustensiles avec un système robinet pour alimenter les citoyens en période de sécheresse, ce petit conteneur d’eau vous suit partout en déplacement comme au foyer. Il peut même être logé dans un coffre d’une voiture. Il est certes destiné à la consommation en public mais peut-on en évaluer les risques d’impact? D’aucuns ont remarqué l’usage de plus en plus fréquent sur la voie publique de ces dizaines d’ustensiles remplis d’eau, tourne à la consommation au profit d’une catégorie de consommateurs vulnérables et rompus aux déplacements quotidiens. La vérité est que ces jerricans d’eau «robinisés» sont déconseillés par les spécialistes qui redoutent leurs conséquences sur le plan de la santé humaine et des épidémies telle que les MTH. Pour les spécialistes, les citoyens doivent plutôt opter en cas de déplacement pour les bouteilles d’eau minérales naturelles emportées et dûment achetées à partir des points de vente agréés. Disponible à travers les quartiers, ou à proximité des points de commerce, de magasins, des cafés et de restaurants, ces bidons d’eau de consommation ou présentés en tant que tels, ne font pas toujours l’unanimité à cause, d’abord de leur qualité et ensuite du fait que cette eau n’est pas contrôlée par un organisme spécialisée dans l’hygiène publique.
Cette eau qui normalement échappe au contrôle des analyses au préalable, pour la simple raison que ce sont les particuliers qui en font usage sur la voie publique, devrait faire l’objet de sensibilisation et campagnes d’orientation des utilisateurs d’autant plus qu’en pareille canicule, la moindre faille ou négligence en matière de respect des règles d’hygiène et de salubrité publique n’est pas à exclure, recommandent ainsi des spécialistes.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*