Infos
Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Le Clair-obscur d’une jouissance

Pôle & Mic : Le Clair-obscur d’une jouissance

Selma se racla la gorge et essaya de démonter l’atmosphère sournoise de la discussion en évoquant le muezzin de l’anti freudisme primaire qui se disait freudo marxiste avant la publication du livre noir de la psychanalyse. Chère amie, il faut que tu saches que le tourbillon du fanatisme de marché flagelle l’esprit, une série de questions déchire le ciel de la méconnaissance théorique. Lynda répondit: d’après toi, les islamistes sont des freudiens? Pour ne pas verser dans un débat stérile, les deux copines engagèrent un dialogue en parcourant les textes de Freud… La précarité psychique longtemps retenue commençait à se dévider. Les larmes du refoulement sont contenues dans la gorge sociale et l’agitation des corps muselés griffaient les paupières. Les gémissements de colère noyèrent le bon sens dans les abîmes de la frustration. Malgré tout ce vacarme, le café pris avec Lynda fut plein d’esprit et de fructueux échanges. Selma passionnée de lecture présenta de manière clairvoyante les vertus du questionnement. Lynda décida de chasser les émotions malfaisantes; une pointe de tristesse se glissa dans sa voix. Elle se rappela un événement qu’elle avait du mal à dépasser, le jour où elle fut surprise en train de fumer et la raclée qu’elle reçut malgré son âge. Obligée de baisser son pantalon en recevant des coups de ceinture C’est une humiliation Qui l’avait marquée et qui remontait au moindre écart. Sa mère fut clémente, elle n’avait rien dit au père. Selma laissa apparaître un sourire sur ses lèvres minces pour affirmer que la père version du féminin est bien ancrée chez nos mères; les jeunes filles, avant tout son les esclaves de leurs mères: elles doivent baisser les yeux et incliner le buste, C’est la raison pour laquelle le romancier lors de ses interventions dira: « il faut guérir le masculin, l’argument proposé n’est que révolution cosmétique faisant perdurer l’inhibition. On ne fait que chanter l’anxiété mais pour autant on ne voit pas plus clair comme le disait tonton Freud, climat «intellecticide» oblige, l’affect déboulonne le travail réflexif. Après cette pause-café, Selma rejoint son compagnon pour un dîner avec leurs copains; parmi eux Hichem un féru de poésie, il déclamait des poèmes en faisant du lyrisme. Pour ce poète, prendre une bière équivalait à porter ses lèvres sur un mamelon afin de téter le sein maternel. Dans un moment de divertissement, il dira à ses amis que sa nouvelle union est sclérosée par un motif infantile;Ibtissem sa compagne a cru bien faire en le taquinant sur les liens intimes qui les unissent. Le secret d’alcôve n’est pas l’apanage de son cher mari et elle le tacle sur son penis qui est en érection ressemble à une crevette musclée. Cette réplique fut accueillie avec surprise mêlée de joie et de fierté confondue. En guise d’ironie il dira que si son zizi devait gravir les échelons pour atteindre la crevette royale, produit de luxe dont le prix dépasse l’entendement, il ne serait que bienheureux. Les paupières mi-closes, Hichem répondit à sa compagne et lui fit savoir qu’elle devrait respirer davantage les pétales du fantasme odorant qui demeurerait enfoui dans son inconscient. Devant cette réaction, elle demeure silencieuse, le visage clos. Le bon sens d ibtissem est troublé, elle s’affole et tente d’implorer son pardon même s’il n’avait pas cessé de la rassurer en lui faisant remarquer qu’il ne s’agissait que d’un rapport organique; rien à faire, les métastases de la culpabilité sont manifestes, les traces du yoporn salafiste n’épargnent pas Ibtissem. Elle ne sort pas sans blessure psychique, cette militante qui se revendiquait féministe mais dont la «femmeuse» révolte se noie dans la normalité masculine. Le sourire de Selma se figea durant la conversation avec Hichem, elle lui avouera que ce genre de militantisme est spongiforme et que la femme qui gesticule une émancipation le fait uniquement pour avoir une soupape de sécurité factice. Il suffirait de voir le nombre de femmes qui quand elles se marient, deviennent des femmes potiches, esclaves des normes sociales. Elles commencent par le délire /délice qui impose la dote et fera appeler la femmélique qui joue avec la schizophrénie. Lors du mariage on l’achète et lors du divorce on la vend. Selma conclura qu’on est à des années lumières de l’évolution du sexuel;entre l’homme et la femme il n’y a pas de rapport sexuel sauf une jouissance autistique…

À propos Adnan Mouri

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*