Infos
Accueil » Chronique » Point de Vue : Fin de l’épisode Bensalah Qui prendra sa place ???

Point de Vue : Fin de l’épisode Bensalah Qui prendra sa place ???

Aujourd’hui la présidence de l’Etat de Benslah et conformément à la Constitution, devrait, normalement, expirer…la question que se posent les citoyens depuis déjà des semaines, est : qui va prendre la place de Bensalah? Si personne n’est encore en mesure d’apporter la réponse adéquate à cette interrogation primordiale en ces circonstances délicates, va-on donc s’attendre à des surprises…il n’y a pas de doute, que quelques forces agissant dans l’ombre sont en train de nous mijoter à petit feu quelques surprises auxquelles nous ne nous attendions, absolument, jamais…Politiquement parlant, et en référence à la Constitution, qui avait hissé Ben Salah à la présidence temporaire de l’Etat algérien, Nous aurions dù, en principe déjà élu un président de la république légal et aux suffrages directes. Pourquoi cette mesure n’a pas été appliquée ? Je ne saurais répondre à une telle question truffée d’interrogations énigmatiques. Il faut laisser au temps le temps de faire ses effets ; pour que l’on puisse un jour trouver, et comme par hasard, les réponses convenables à nos sollicitations. Le peuple n’a jamais été contre l’organisation des élections présidentielles, conformément aux dispositions de l’actuelle Constitution. Le peuple était, et je le crois sincèrement, contre l’organisation de ces élections par Bedoui et son gouvernement.. La cause : c’est que ce type et ses collaborateurs n’ont pas la crédibilité requise devant la nation. Pourquoi devrions nous, alors, faire plus de quatre mois de Hirak, sans jamais se lasser, pour qu’enfin un Bedoui se charge des élections aussi stratégiques et aussi importantes pour le devenir proche du pays.. Avec la l’expiration aujourd’hui,  » du mandat  » de Bensalah, le pays va-t-il sombrer dans une crise, encore plus profonde ? Ou bien va-t-on opter pour la solution de type HCE ? Cette dernière serait meilleure, que d’imposer une seule personne à la tête de l’Etat, fut-il, pour une période courte. Un conseil collégial, un directoire politique ou quelques chose comme ça, serait relativement moins risqué, que des  » gens de l’ombre  » imposent par les moyens d’une quelconque filouterie leur volonté sur celle d’un peuple en mouvement… Je ne crois pas que l’ANP, les services de sécurité et le corps administratif – pensent à trahir leur peuple. C’est le peuple d’où ils sont issus …Depuis maintenant plus de quatre mois que la voix du Hirak retentis dans les rues du pays. Et, ce mouvement révolutionnaire, légal, pacifique et populaire, exprimant la conscience nationale dans sa belle et juste image, n’aurait pu atteindre sa prestigieuse réussite, sans le soutien moral et psychologique de l’ANP et des Services de sécurités…

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*