Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Le danger du venin «électronique» !

Pôle & Mic : Le danger du venin «électronique» !

Comme les télévisions publiques les privées n’ont jamais pu faire ce pas qualitatif et que la presse écrite «souffre» le martyr, le citoyen s’est «réfugié» dans les réseaux sociaux. Avec le Hirak, le pouvoir ou les pouvoirs se sont aperçus que les réseaux sociaux seraient «dangereux» pour eux, des «mouches électroniques» ont envahi cet espace bleu pour faire dans la contre révolution. Elles divisent les Algériens en «manipulant» que ce soit par la religion, l’ethnie ou la langue. Elles sont devenues un danger de division entre Algérien. Face à l’impunité, ces mouches électroniques ont osé touché à des symboles de la Révolution et de notre Histoire où Massinissa, Yougrta, Saint Augustin, l’Emir AEK, Fadhela Nsoumer, Abbane Ramdhan et Boudiaf sont traités de tous les noms. Ces derniers temps et avec la vague de soutien au Moudjahed Bouregaa Lakhdar, Boudiaf a été «ciblées» par les attaques des mouches. Tout laisse croire que cette attaque est bien «réfléchie» car les attaques ont pollué la toile le jour de l’anniversaire de son assassinat. Qui sont ces «mouches électroniques» ? Qui les commandent ? Qui choisit leur sujet d’attaque ? Aucune enquêté judicaire n’a été ouverte alors que ces «mouches» s’attaquent, avant tout, à l’unité de tout un peuple en semant la haine entre Algériens. Les mouches s’attaquent aussi à presque toutes les personnalités politiques de l’opposition en les calomniant. Sur «youtube», un jeune a révélé qu’il aurait été contacté pour «polluer» la toile en lui proposant une prime de 3000 à 5000 Da. Lors des premières marches du vendredi, un journal électronique avait révélé que le clan de Bouteflika aurait recruté une «armée» de «mouches» visant à casser le Hirak par le mensonge et la rumeur. Aucune enquête judicaire n’a été ouverte. Ces mouches électroniques ont déjà causé du tort non pas à des personnes mais à l’Algérie. La justice devra agir.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*