Infos
Accueil » Chronique » Point de Vue : Un 05 juillet pas … comme les autres !

Point de Vue : Un 05 juillet pas … comme les autres !

Cette fois, une incompressible et hasardeuse coïncidence de la fête de l’indépendance, avec le 20ème vendredi du hirak, serait en gestation d’un grand événement… Dire autrement, le hirak de ce vendredi 05 juillet, ne sera guère, comme les précédents…cette fois, l’on va se focaliser sur l’absolue nécessité de la disparition des trois « B », de la scène politique nationale; « officielle », de toute évidence!!.. L’on a même entendu parler suite à un bruit qui courait, que Bedoui et son infortuné gouvernement commencent déjà à plier bagage. Les grosses légumes de l’ancien régime impliqués dans de douteuses et inquiétantes affaires, sont apparemment tombées et le sabre de la justice est en train de faire, ce qu’il devait faire, selon les lois en vigueur. Des grands événements avaient provoqué « la révolte » du guêpier: Il y a d’abord, l’affaire des sept quintaux de drogue du fameux Chikhi et ses acolytes à l’intérieur et extérieur du régime, et dont les vrais tenants et aboutissants de cette mystérieuse affaire du siècle, sont encore dans l’attente d’une probable élucidation. Ensuite, vient la sinistre décision des ténors du régime déchu, de conspirer un cinquième mandat présidentiel pour l’ex-président. Un homme, déjà mort aux trois quarts, ayant perdu presque toutes ses capacités physiques et intellectuelles. C’était donc, la plus grande provocation menée contre l’amour propre d’un peuple, qui ne faisait que ressasser sa colère depuis vingt ans… Revenons maintenant aux festivités du 05 juillet, qui sont devenues par la force du temps, et à l’instar du 1er novembre, de simples jours fériés, chômés et payés. Excepté les drapeaux et les guirlandes lumineuses, rien ne laisse penser qu’il s’agit d’un jour capital dans l’histoire de la nation.. L’on constate, non sans grand regret, comment les rues étaient désertes et sans la moindre interaction avec ces grands jours de la nation. Pour les simples citoyens, ces journées festives, symbolisent les régimes qui ce sont succédés sur le ‘trône ‘ du pays. A dire vrai, les différents régimes se sont accaparés de ces symboles qui appartiennent à tout le peuple. Ils symbolisent son histoire, ses luttes et ses sacrifices…Chaque régime qui passe, se mettait à incarner dans sa personne l’Algérie, avec tous ses symboles, son histoire, ses biens, son identité, ses aspirations.. Justement, l’un des buts cardinaux de ce Hirak, c’est de restituer l’Algérie à son peuple. Un régime n’est plus ces cohortes de fonctionnaires, accédant au pouvoir par des moyens douteux et illicites, et deviennent par la force du temps l’Etat lui-même. Un régime, sera désormais, un corps de fonctionnaires soumis aux lois et aux règlements de la république, agissant selon des missions et des prérogatives définies et déterminées d’emblée par les lois.

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*