Accueil » Chronique » Point de Vue : La légende des résidences d’Etat

Point de Vue : La légende des résidences d’Etat

Il était une fois, les résidences d’Etat ! C’est quoi au juste ça ? Nos concitoyens, notamment ceux
qui vivaient à la lisière des événements, commençaient à peine de comprendre ce grand et discret pan dans l’histoire de la maffia politico-financiére algérienne. Autrement dit : cette caste, prétendument « cette classe politique » qui s’est taillé un monde spécial, apparemment, hollywoodien, juste pour ne pas se mêler ou être contaminée par les maux de la caste des parias. Voilà, en somme, ils ne se sont pas contentés de voler, de dilapider les biens du peuple ou les transférer vers des pays étrangers, ils se sont donnés le droit d’occuper illégalement les résidences d’Etat, qui sont, en fin de compte, des biens appartenant aux biens de l’Etat, qui doivent être exploités à des fins d’intêret purement public et non « gratuitement » par des particuliers fussent–ils des hauts cadres de l’Etat. La question des résidences d’Etat du Sahel a été la première des problèmes soulevés suite au déclenchement du Hirak, il y a plus de trois mois de ça … Il y a vraiment des problèmes qui se posent sérieusement à ce sujet … les arrestations qui ont été faites et ayant touché, particulièrement, l’ex directeur général gérant ces résidences d’Etat, laisse penser à des complots qui s’y tramaient dans ces endroits luxurieux !!..Melzi a-t-il été arrêté pour mauvaise gestion, des résidences ou bien pour tout autre chose, non encore élucidée ou qui reste à être élucidée prochainement. C’est sûr que cette affaire n’a pas encore révélé tous ses secrets. Le fait que des apparatchiks du système y menaient des vies de Nabab, n’est pas le vrai problème. Il y a, parait-il, d’autres secrets que les services de sécurité et la justice algérienne tachent d’en révéler les tenants et les aboutissants. Melzi, n’est en fin de compte, qu’un témoin oculaire, qu’il faudrait, coûte que coûte, protéger. Son arrestation, serait, de ce fait, fort possible, une protection à sa personne, plus qu’une sanction. Ce n’est pas, lui qui a créé les résidences. C’est un commis de l’Etat ayant été chargé de seulement les gérer. Les occupants de ces résidences qui en profitaient sans le moindre frais, avaient exploité à fond une situation où l’Etat n’existaient que théoriquement. Ce fût un temps où personne ne contrôlait personne…Une caste de profiteurs, de voleurs et de démagogues qui s’est constituée et s’était érigée au dessus de l’Etat, au dessus des lois et des valeurs. Nous sommes à l’heure des comptes.. Et, les bons comptes font les bons citoyens…

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*