Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Aller vers l’apaisement!

Pôle & Mic : Aller vers l’apaisement!

L’affaire du port du drapeau amazigh lors des manifestations a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. Des jeunes sont traduits devant les tribunaux. La colère est bien là après que les jeunes arrêtés le vendredi soient en prison. Cette affaire intervient au moment où la classe politique et la société civile adhère au dialogue pour une sortie de crise. Cette affaire risque de « retarder » le dialogue et pourrait être une source de tension entre pouvoir et citoyen. Aujourd’hui et pour le bien de l’Algérie, il faut aplatir les différends, mettre de côté l’ego et instaurer un climat de sérénité pour pouvoir enclencher la dynamique du dialogue ; le pouvoir se retrouve coincé entre les exigences des manifestants qui ne veulent ni de Bédoui, ni de Bensalah et encore moins des deux présidents des deux chambres. L’opposition comme la société civile ne veulent ni du FLN, ni du RND. Un vrai casse-tête pour le pouvoir. Ce dernier ne veut pas d’une constituante, car jugeant que cette procédure pourrait « fragiliser » l’Etat. Le pouvoir ne veut pas de transition même de six mois. Comment alors faire pour avancer le dialoguer ? Les islamistes ne se prononcent pas et se contente de souffler le chaud et le froid contrairement aux autres qui ne veulent pas lâcher du lest. L’opposition n’est pas aussi homogène dans ses revendications. Le Hirak est intransigeant sur la question du dialogue. Bien que le conseil constitutionnel ait approuvé un prolongement du mandat de Bensalah même après le 04 juillet, le pouvoir est dans l’obligation d’annoncer la date des présidentielles, selon sa logique. Mais le pouvoir a peur qu’aucun candidat sérieux ne se présente à la course et subir un second affront. Que fera le conseil constitutionnel si les prochaines présidentielles n’ont pas lieu ou si le boycott l’emporte massivement ? Instaurer un climat de confiance et détendre l’atmosphère feront avancer le dialogue pour prendre une décision sur la sortie de crise.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*