Accueil » Oran » XIX ème jeux méditerranéens 2021 d’Oran : L’apport des experts internationaux est-il nécessaire ?

XIX ème jeux méditerranéens 2021 d’Oran : L’apport des experts internationaux est-il nécessaire ?

Après que la ville Espagnole Taraggone ait passé triomphalement le flambeau à la ville algérienne Oran pour l’organisation de la XIX ème édition des jeux méditerranéens, les jours semblent désormais comptés à la goutte pour la réussite de ce rendez-vous sportif international majeur. Les infrastructures, un véritable casse tête ont constitué la dominante des préoccupations à l’échelle locale. Il va sans dire que les pouvoirs publics qui ont, depuis la proclamation de cette ville comme prochaine destination de ces jeux, longuement insisté sur la disponibilité des conditions matérielles et logistiques entourant l’organisation de ces joutes. Le wali qui densifie sans intermittence ses visites sur les chantiers du stade et du village olympique sait de quoi il adviendra de cette ville de la Grande Bleue notamment sur les doubles plans touristique et économique. Il axe à chaque fois ses discours sur le respect des délais et de la qualité des travaux dans la mesure où il ne s’agit pas de n’importe quelle échéance qui plus est, exige un sens de sacrifice et d’assiduité de l’entreprise chargée de réajuster son tir dans la perspective des ces jeux. Il est vrai que le wali s’est montré plusieurs fois intransigeant face à certaines lacunes qu’il a relevées de visu mais n’y a-t-il pas un besoin de faire appel à l’expertise internationale dans le domaine d’organisation de pareil événement d’autant plus que c’est la premiers, depuis voilà quarante trois ans (43), qu’une manifestation d’une telle envergure est organisée dans une ville algérienne après Alger. Ce détail relatif à l’étendue du temps ne semble pas constituer une épreuve si ces jeux auraient eu pour théâtre la capitale qui jouit de l’expérience requise grâce à ses infrastructures disponibles et intactes dès lors qu’il devient utile de remettre sur le tapis la lancinante question des prédispositions réelles de cette ville à accueillir pareil joute.
L’apport des experts internationaux dans l’organisation des grands événements sportifs s’est avéré une solution pour les villes qui font leur baptême dans ce domaine. Il est aussi vrai qu’Oran a connu une expansion de son potentiel hôtelier et touristique sans oublier les aménagements dédiés aux jeux qui se poursuivent sur le terrain. Là ressurgit curieusement la question fondamentale de menace qui pèsent sur le cas des villes du monde qui sont prises en défaut dans le domaine des capacités d’organisation par le Comité international des jeux méditerranéens. «Oran est à l’abris de toute menace du comité des jeux méditerranéens qui est constamment et en permanence au chevet des avancées constatées sur le terrain par l’équipe d’experts algériens et ces jeux auront bel et bien lieu comme prévu», a affirmé, il y a quelques jours sur le chantier du stade olympique de sidi Bachir de 40.000 places, une source proche du dossier. Pour les observateurs, ce genre de déclarations a priori optimistes «ne doivent pas verser cette ville dans la suffisance» étant donné selon eux que celle-ci n’a pas le capital et le savoir faire requis d’où la nécessité de «multiplier les entreprises sur le terrain notamment en ce qui concerne l’aspect important lié à la finition».

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*