Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Le nécessaire débat!

Pôle & Mic : Le nécessaire débat!

Dans son dernier message, Gaïd Salah a indiqué que le peuple a plébiscité la Constitution; de ce fait la solution de sortie de crise ne devra pas sortir du cadre constitutionnel. Visiblement, le pouvoir comme l’opposition se retrouve «coincés» à cause de la Constitution. Or, le simple citoyen ne s’est jamais intéressé à la Constitution puisque chaque président s’est «taillé» une Constitution sur mesure. Durant l’ère Bouteflika, la Constitution a été «modifiée» à deux reprises sans passer par un référendum comme durant la période Chadli ou Zeroual. La première révision a été bénie par les deux chambres ou plutôt par la majorité à savoir le FLN et le RND afin d’ouvrir les mandats à Bouteflika à sa propre succession. La seconde a été modifiée pour limiter les mandats à deux et faire face au «printemps arabe». Le débat sur les deux révisons n’a jamais eu lieu. Le citoyen s’est senti exclu. Le jeune, qui n’a pas vécu le parti «unique» et la décennie noire, n’a accordé aucun intérêt à la Constitution qui pour lui est de l’œuvre de ceux qui pillent le pays et dilapident l’argent du peuple. Aujourd’hui et avec tout ce qui se passe dans le Monde, la Constitution revient sur le tapis où le Hirak, dans ses forts moments, a appelé à une révision constitutionnelle qui donnera naissance à une deuxième République. Une constitution consensuelle qui ne devra exclure aucune partie algérienne et dont les minorités s’y retrouveront. Déjà chez le citoyen ou le manifestant, on ne retient de l’actuelle Constitution que l’article stipulant que le peuple est la source du pouvoir. C’est peut-être, pour la première fois que le jeune algérien ou le citoyen s’intéresse au contenu de la Constitution avec la séparation des trois pouvoirs et l’alternance au pouvoir. C’est aussi la première fois que le débat s’articule sur la transition et la constitutionnelle. Le citoyen apprend aussi qu’il y aurait une autre forme que les élections adoptées dans le passé, comme la «proportionnelle». Le débat finira par aboutir à la question du système que ce soit semi-présidentiel ou parlementaire, mais ce qui est certain le système présidentiel fera partie de l’histoire. Il est impératif de lancer le débat et favoriser la voie du dialogue pour aller vers la deuxième république.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*