Accueil » Chronique » Point de Vue : Dure est la chute

Point de Vue : Dure est la chute

«Qui l’aurait cru», comme aimait à le dire un grand artiste aujourd’hui disparu? Dans l’histoire contemporaine et même un peu avant, on a de la peine à trouver des similitudes avec le degré de pillage et de prédation auxquels se sont livrés même les plus voraces des dictateurs connus, tant les nôtres ont surpassé tout entendement dans le dépeçage méthodique du pays et la mise à sac de presque toutes ses richesses. Cette rapine généralisée, institutionnalisée en mode de gouvernance par ces maudits de la société était sous-tendue par un système d’allégeance aux pieds des puissants, devant lesquels se devaient de s’aplatir les cohortes d’opportunistes de tous bords qui gravitaient aux alentours des centres de décision, dans l’espoir d’avoir le droit de fouiner dans les poubelles avoisinantes à la recherche de quelques résidus, jetées là après des agapes monumentaux consommés aux frais de la communauté. Vous pouvez toujours les appeler des chyiates, ça ne les offusque pas le moins du monde, c’est dans la logique toute naturelle de leur haute aptitude à la soumission. Est-ce par la grâce d’une justice divine ou naturellement transcendante qui ne peut ignorer les grands maux et malheurs, rappelons-nous les harragas et les fournées de cadres jetés arbitrairement en prison, causés par des hommes à leurs propres concitoyens, abusant sans aucun scrupule de leur confiance et de leur innocence, qui aura fini par s’abattre sur ces criminels de dangerosité sans pareille ? C’est dur aujourd’hui de devoir troquer le confort douillet et luxueux d’un palace à Club des Pins contre une cellule défraîchie et humide à El Harrach. Amère est cette sensation qui vous envahit lorsque qu’il vous vient à l’esprit que vous occupez le même cachot dans lequel vous aviez mis sans état d’âme aucun, des journalistes, des politiques, des harragas, de simples citoyens qui avaient juste manifesté leur opposition au 5ème mandat pour une image, ou des cadres gestionnaires dont certains sont décédés en détention dans un ultime soupir d’injustice criarde. Pour tout cela, la nouvelle de votre incarcération n’a pas manqué de donner des airs festifs à ce 17ème vendredi, parce qu’elle annonce la reprise en main par le peuple de sa propre destinée, son affranchissement de votre tutelle satanique, et l’espoir enfin d’une nouvelle ère qui verra l’Algérie reprendre son ascension, pour accéder à son véritable rang parmi les nations les plus nanties.

À propos Dadi Benani

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*