Accueil » Chronique » Pôle & Mic : L’opposition retrouve la vie !

Pôle & Mic : L’opposition retrouve la vie !

Les partis politiques de l’opposition se préparent pour le dialogue en se concertant pour rédiger une feuille de route pour une sortie de crise. Le groupe de Djaballah a annoncé que le round du 29 juin sera sanctionné par une plateforme et qu’en attendant le groupe continuera ses concertations et rapprochement. Le FFS a opté pour une démarche plus « constructive » envers les partis démocrates en échangeant avec le RCD et le MDS. La délégation du FFS était conduite par Zenati. Ce dernier est très apprécié par le courant démocratique par ses idées et propositions et qui s’était retiré du FFS. Tôt ou tard, le courant démocratique va se cristalliser. L’opposition, chez nous, a été laminée par Bouteflika et le pouvoir. Difficile pour elle de rebondir avec des propositions et des démarches constructives et unitaires. Avec le Hirak, elle se remet en cause et se « reconstruit » autour d’idées. Les partis d’opposition ont besoin de temps, soit au moins de trois ans, pour se restructurer et reprendre du service. Difficile pour l’opposition de réhabiliter la politique dans l’immédiat. A l’exception du MSP, qui tente de s’imposer comme force agissante dans le Hirak, toutes les autres formations politiques de l’opposition sont discrètes et suivent tout en apportant leurs idées et contradictions dans le débat. C’est un bon signe de santé politique de l’opposition qui a de l’avenir surtout si nous parvenons à opérer la rupture avec le système rentier et bureaucratique. Certes que ces deniers vendredis, la touche idéologique est apparue après que des islamistes aient tenté de prendre le leadership dans plusieurs villes, mais le Hirak les a balayés d’un titre. Le Hirak a permis aux Algériens de s’accepter mutuellement et de rester unitaires malgré les tentatives de division au nom de la langue ou de l’identité ou de la Religion ou même sur la notion de légalité homme femme. Le Hirak risque de « balayer » d’un trait les extrémistes qui se disent islamistes « modernistes » comme il a « isolé » le FLN et le RND. En face, le pouvoir n’a plus d’appuis sachant que le FLN et le RND sont honnis, il ne laissera pas l’émergence de l’opposition. Le pouvoir tentera de réhabiliter le FLN et le RND pour un certain temps ou d’aller carrément vers la création d’un nouveau parti regroupant les militants de ces deux partis. Le pouvoir sait qu’au fur et à mesure de faire des concessions au Hirak, la question de la dissolution des chambres et des assemblées locales sera bientôt à l’honneur. L’heure des manœuvres a, au fait, sonné.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*