Accueil » Chronique » Pôle & Mic : L’agonie?

Pôle & Mic : L’agonie?

Visiblement le FLN comme le RND ou TAJ ou MPA sont exclus des rounds de concertation entre partis politiques quant à la question du dialogue. Ces partis sont « vomis » par les manifestants et le Hirak, car accusés d’être toujours de Bouteflika et jamais du peuple au moment où l’on pillait l’Algérie. L’idée d’un dialogue a bien fait son chemin sauf que les propositions s’articulent sur le départ des figures emblématiques du système dont les « 3B » et l’exclusion des partis au pouvoir du dialogue. Déjà, aucun contact n’a été établi par les personnalités politiques ou les partis ou encore des représentants de la société civile avec le FLN ou le RND. Eux-mêmes ont béni le dialogue et tous les discours de Gaïd Salah sans prendre la moindre initiative, car sachant qu’elles seront rejetées. Le FLN comme le RND n’osent pas rejoindre le Hirak, car ayant peur de la réaction des manifestants. Aucun élu du FLN ou RND ou TAJ ou encore MPA n’a eu le courage de rejoindre les manifestations pacifiques. Leur allié de circonstance, le MSP, qui joue avec les deux pieds, n’ose pas prononcer leurs « noms » en public bien que certains l’accusent de « travailler » avec eux indirectement. Ils n’osent pas sortir dans la rue et n’organisent aucune activité dans les villes et villages. Pire, les derniers actes et affaires judiciaires iront, à coup sûr, les discréditer davantage et peut-être effriter le peu d’estime chez certains citoyens. Raison pour laquelle Chihab et le nouveau patron du FLN, tentent de faire croire que leurs partis étant « otages » entre les mains du pouvoir mais en oubliant qu’eux-mêmes n’ont jamais dénoncé aucune dérive et ont, en plus, applaudi toutes les décisions de Bouteflika. Le FLN vient aussi de recevoir un coup dur de la part de l’ONM via Mohand Ouamar Benelhadj ayant souligné : « Il viendra le jour où l’on doit préciser qui a la légitimité, nous ou ceux qui utilisent le sigle du FLN en faisant des choses qui sont loin de la voie de la Révolution 1954-1962 et des principes du peuple algérien. Il y a eu usurpation ». Ces partis de l’ex alliance risquent la disparition à moins que le pouvoir ne leur tende une perche, mais ils sont dans une très mauvaise passe.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*