Infos
Accueil » Oran » Cimetière Ain Beida : La régie de gestion otage de l’incivisme

Cimetière Ain Beida : La régie de gestion otage de l’incivisme

Apparemment personne n’échappe à l’incivisme des uns et à l’anarchie des autres, même les morts ne sont pas épargnés. En effet, ce qui a attiré notre attention ce vendredi passé est le cimetière de Ain Beida, transformé chaque week-end en décharge sauvage, endroit qui devrait être protégé de toute agression humaine. Cette transgression est plus particulièrement visible aux abords de l’entrée du cimetière, des charrettes, fourgons déchargent à l’entrée de toutes les portes des fruits, légumes, jouets, habilement, notamment semble avoir tendance à se transformer en un marché à ciel ouvert, ce lieu devient une vraie décharge une fois que ces marchands quittent les lieux, un éventail de détritus et autres déchets abandonnés. Ce déplorable état de fait n’est pas spécifique pour ce cimetière, car la même infraction est répertoriée dans les abords des autres cimetières de la wilaya D’Oran, les visiteurs premiers responsables de la saleté car ils jettent leurs, bouteilles, sachets, ce qui complique d’avantage la mission des travailleurs de la régie chargée de la gestion du cimetière. Des dizaines de faux mendiants hommes, femmes, enfants, envahissent chaque vendredi les lieux où le phénomène de la mendicité prend des proportions insoupçonnées. Assis sur les trottoirs, au détour de chaque allée, ils tendent la main en récitant à haute voix des formules pour apitoyer les visiteurs sur leur sort. Si pour une certaine catégorie la mendicité est devenue une nécessité, notamment celle âgée, sans ressource ou encore des handicapés, pour d’autres cette pratique est devenue un vrai métier, d’où ce qualificatif de «mendiants professionnels¤. L’éradication de ces fléaux à savoir le commerce informel devant les cimetières et la mendicité est devenue une priorité devant ce péril auquel il faut opposer une tolérance zéro pour sauvegarder ces lieux sacrés.

À propos Charef Kassous

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*