Accueil » Chronique » Point de Vue: L’échiquier politique et… l’inaccessible équation

Point de Vue: L’échiquier politique et… l’inaccessible équation

A bien scruter le paysage politique national, l’on peut conclure à première vue, que le champ est quelque part miné. Tout pourrait avoir l’air de marcher convenablement, mais au fait, rien ne marche et tout se bloque. Le Hirak, sans interlocuteurs officiels, sans représentants pouvant exprimer son programme, ses thèses politiques pour l’avenir et la refondation du pays et de l’Etat, désormais sur des bases solides. «Il faut qu’ils partent». Oui, mais, quand ces gens partiront – aujourd’hui ou demain- qui va prendre leurs places. Il faut exiger, cependant, en revanche, il faudrait proposer les solutions, des idées. Personne ne saurait douter en l’aspect civilisé du Hirak. Jusqu’alors, il a fait preuve d’une grande responsabilité et d’un pacifisme exemplaires. Toutefois, le nécessaire, c’est, en effet, ça ! Alors que l’essentiel n’est pas uniquement ça! Il faudrait donner suite aux appels pour un dialogue constructif et un partenariat politique, avec toutes les forces vives du pays, afin de redéfinir l’avenir de l’Etat, à l’ombre de cette petite «révolution» populaire. Une révolution, qu’elle soit grande ou petite, cela sert uniquement -comme son nom l’indique,- à révolutionner les situations et faire remuer en injectant un peu de dynamisme dans les eaux stagnantes …les attitudes muettes et peu appréhendantes des gens du Hirak, ne font que gagner du temps en faveur de ceux qui cherchaient depuis trois mois, à mater dans le silence ce mouvement citoyen, en faisant recours aux manœuvres politiciennes, visant spécialement à vider le mouvement de sa substance vitale. Nous sommes toujours fiers et en faveur de ce Hirak, qui venu, comme un «Deus ex machina», afin de sauver un pays qui se trouvait, effectivement, dans un vrai bourbier. En revanche, nous nous octroyons le droit de faire les critiques «constructives» nécessaires, quand ce même Hirak est sur le point de se mettre à la dérive. Parmi les principaux acteurs de la scène politique nationale actuelle, le mouvement citoyen, demeure-t-il, ainsi le pivot. L’armée plus préoccupée par les questions de maintien de la sécurité, dans son acception la plus large et la sauvegarde de la stabilité du pays. En dépit, des pressions en provenance de ça et là, elle essaie, contre vents et marées à sortir victorieuse à la fin de cette noble mission, avec un minimum de victimes et un minimum de dégâts. Pour ce qui est des partis politiques, répudiés dès les premiers jours du Hirak par les jeunes du mouvement, pour avoir tenté désespéramment de monter la vague. Ils essayent, de temps à autre, façon de dire nous sommes là, de prononcer quelques «phrases», quelques «mots» dont personne ne va donner de l’importance… Notamment, les partis ayant fait partie intégrante du système déchu et qui se sont gonflés le ventre avec le miel de la République.
alkaderder62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*