Accueil » Actualité » L’éditorial du dernier numéro de la revue «El Djeïch»: Seul le dialogue pour une issue légale et constitutionnelle

L’éditorial du dernier numéro de la revue «El Djeïch»: Seul le dialogue pour une issue légale et constitutionnelle

La position de l’Armée algérienne face à la crise politique est inflexible. Le «dialogue» reste en effet son seul et unique leitomtiv en guise de sortie de «crise». Il s’agit aussi de parer à une transgression de la Constitution pour des raisons sécuritaires et de stabilité du pays. La revue militaire revient à la charge. Elle se met au diapason des derniers développements sur la scène politique. Sa sortie médiatique, pour le moins très attendue après l’annulation prononcée par le Conseil Constitutionnel de l’élection présidentielle du 4 juillet et le discours de Chef de l’Etat Abdelkader Bensalah à l’occasion de l’Aïd El Fitr, est tombée à point nommé. l’ANP prône un dialogue «sérieux» et «constructif» avec l’élite nationale et les «Fils de Patrie» jaloux de leur pays alors que le Chef de l’Etat a conçu ce dialogue comme «inclusif» avec la société civile, la classe politique et l’élite nationale. Pour l’ANP, seul le dialogue est à même d’ouvrir la voie à une issue légale et constitutionnelle garantissant l’organisation des élections présidentielles « le plus rapidement possible », indique la revue El-Djeich dans une réponse au sujet du temps gâché dans les consultations politiques avec certaines personnalités depuis le début de la transition.

El Djeich affirme que les discussions « stériles » ne sont que « perte de temps et d’occasions pour l’ouverture d’un dialogue véritable et sincère, fait de concessions réciproques ». D’aucuns parmi les observateurs estiment que du temps considérable a été perdu depuis le lancement des consultations politiques en vu de déboucher sur l’organisation d’un scrutin présidentiel libre, intègre et démocratique. En plus, la transition n’a pas jusqu’ici permis d’arriver à un compromis  entre la classe politique, particulièrement l’opposition et le pouvoir en place concernant les modalités de la tenue de la prochaine élection présidentielle. Le report de la présidentielle du 4 juillet pour cause de non satisfaction par les candidatures des critères, a confirmé l’hypothèse selon laquelle, les jours ne sont dormais pas comptés pour une telle échéance dans le contexte de poursuite du Hirak qui maintient sa revendication du départ de tout le système. Devant ce que certains n’hésitent pas de qualifier de « vide constitutionnel », l’Armée en tant que garante du bon déroulement de la future élection présidentielle, se voit obligée de rebondir en scène et proposer une « issue » à la crise. Elle s’inscrit d’ores et déjà dans l’optique d’une élection présidentielle « le plus rapidement possible ». Seul le dialogue est à même d’ouvrir la voie à une issue légale et constitutionnelle garantissant l’organisation des élections présidentielles le plus rapidement possible, tant il est vrai que les discussions stériles et infructueuses ne sont que perte de temps et d’occasions pour l’ouverture d’un dialogue véritable et sincère, fait de concessions réciproques, qui rapprocherait les points de vue au service de l’intérêt suprême du pays et la satisfaction davantage de revendications exprimées par le peuple », souligne l’éditorial du dernier numéro de la revue militaire. Un dialogue constructif, sérieux et fructueux, plaide l’Armée. « Cette aspiration participera au renforcement de la cohésion du peuple ainsi que la conjugaison des efforts de tous, garantissant au pays de poursuivre sa marche vers le développement dans un climat de sécurité et de stabilité », ajoute la publication. La revue relève qu’en pareille crise complexe que traverse le pays, « l’intérêt de la nation, comme l’avait souligné le Haut commandement de l’Armée nationale populaire (ANP) dès le début, est d’opter pour la voie du dialogue sérieux, fructueux et constructif et d’aller, dans les plus brefs délais, vers la recherche de solutions adéquates, à même d’éviter à notre pays de verser dans des futilités qui rendraient la situation encore plus complexe et couperaient définitivement la voie à la période de transition qui ne pourrait que conduire à une situation encore plus difficile à maîtriser ». La revue a mis en exergue la nécessité de convier à la table du dialogue « des personnalités nationales et des élites sincères et fidèles à la Patrie. « Bien plus, la conviction en la nécessité du dialogue entre les fils de la Patrie, une et indivisible et à ce que ce dernier soit la priorité, en cette conjoncture précise, est de nature à économiser du temps en réduisant la durée de la crise, comme elle donnera lieu à la proposition d’initiatives sérieuses de sortie de crise et, par la même, permettra de neutraliser toute proposition destinée clairement à faire perdurer la crise », note El-Djeich, qui insiste sur une « Instance » indépendante chargée de l’organisation et de la supervision de l’élection présidentielle libre crédible et transparente. « Aujourd’hui, et plus que jamais, les intentions malveillantes et les plans diaboliques, les dépassements outranciers et dangereux de certaines parties qui, suivant la logique des bandes, cherchent à abuser l’opinion publique, les tentatives désespérées de susciter le doute sur toute initiative nationale crédible à même de mener vers une véritable sortie de crise, à travers l’utilisation immorale des médias, qu’il s’agisse de journaux ou de supports audiovisuels, pour construire des scénarios farfelus et distiller des mensonges venimeux, des informations erronées ou falsifiées, n’ont d’autre but que de voir la situation perdurer, voire s’aggraver » estime la revue militaire. Cet état de fait requiert, comme l’a souligné le Général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’ANP, lors de sa dernière visite en 6ème Région militaire « la mobilisation de tous, chacun dans son domaine de compétence et dans la limite de ses responsabilités, notamment dans le secteur de l’information à travers toutes ses branches, au service de l’Algérie, car l’information se doit d’être le miroir qui reflète les revendications réelles du peuple algérien et sa voix sincère qui relate les vérités et communique ses revendications, sans déformation ni falsification et sans instrumentalisation à des fins autres que les intérêts du pays », rappelle la revue. Pour El-Djeich, la crise que traverse le pays « impose que ses fils loyaux et jaloux de leur patrie », préoccupés par son présent et son avenir, apportent tout ce qui est attendu d’eux comme contribution sérieuse et sincère de nature à trouver une solution qui aura l’assentiment et qui sera adoubée par tous ». Par ailleurs, la revue indique, que « pendant que l’ANP, à travers les réalisations et acquis enregistrés dans nombre de domaines, démontrait qu’elle appliquait avec succès la stratégie de développement et de modernisation adoptée par son Haut commandement, en droite ligne d’une vision prospective et éclairée qui a nécessité, ces dernières années, la mobilisation de forces et de moyens conséquents afin d’assurer la surveillance, la défense et la protection des frontières contre toute tentative d’atteinte à notre intégrité territoriale, il apparaît évident aujourd’hui que l’acquisition par notre armée des éléments de la modernité et des facteurs de la puissance dissuasive dérange certaines parties qui ne s’attendaient pas à ce qu’elle puisse atteindre un tel niveau et en si peu de temps ».

À propos B.H.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*