Accueil » Oran » Virements anticipés la veille de l’Aïd El Fitr: Soulagement, queues interminables et manque de liquidité

Virements anticipés la veille de l’Aïd El Fitr: Soulagement, queues interminables et manque de liquidité

Une affluence terrible s’est emparée des petits bureaux de postes à Oran la veille de l’Aïd El fitr, jour des virements anticipés. Les fonctionnaires de certains corps de la fonction publique et les titulaires de l’allocation forfaitaire de solidarité des 3000 da versés par le secteur des affaires sociales ont été les grands bénéficiaires des virements conjecturés en raison des impondérables de cette fête religieuse. Durant la matinée de lundi, une marée humaine a été constatée au niveau des deux bureaux de postes de l’USTO et Gambetta. Les files d’attentes s’étendaient jusqu’à l’extérieur de ces deux bureaux de poste. Dans certains bureaux de poste, des clients titulaires de chèques postaux ont affirmé qu’i y avait un manque de liquidité ce qui les avait contraints à se rabattre vers les grands bureaux tels que Saint Charles, Miramar ou la Grande Poste d’Oran là où les distributeurs automatiques de billets sont assurés d’avance de faire le plein et avantager les candidats au retrait automatique de l’argent. Cet Aïd El Fitr 2019, n’a pas donc dérogé aux précédents, puisque l’administration d’Algérie Poste a mobilisé la majorité de ses bureaux et agences territoriales, en vue de faciliter les virements de paies et des allocations, excepté le fait que le manque de liquidités a été enregistré au niveau des petits bureaux de poste comme l’attestent beaucoup de citoyens. «J’ai fait en sorte de rallier tôt la matinée d’hier le bureau de poste de Mouloud Feraoun (Plateaux) expressément pour éviter la chaîne habituelle et le risque de manque de liquidités découlant des retraits excessifs par les abonnés des grandes sommes d’argent», a confié un quinqua-génaire.
D’autres citoyens estiment de leur côté que «normalement, les petits bureaux postaux devraient disposer suffisamment de l’argent liquide pour satisfaire la demande» au moment où une femme enseignante estime qu’il est «inconcevable que les petits bureaux de postes soient alimentés en argent liquide limité».

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*