Accueil » Chronique » Point de Vue: Ecole algérienne, entre le réel et le souhaitable!

Point de Vue: Ecole algérienne, entre le réel et le souhaitable!

Elle ne cesse, depuis l’indépendance du pays, de créer les plus spectaculaires des polémiques. Elle est, depuis, le terrain de prédilection des guerres  » froides  » rangées entre fractions idéologiques. Chaque camp voulait s’accaparer de cette Ecole, en vue d’en faire un labo pour expériences. Et voilà pourquoi l’Ecole algérienne n’a pas réussi, jusqu’à l’heure actuelle à atteindre les buts qu’elle s’était fixée. Dans des chroniques précédentes, nous n’avons pas cessé de répéter avec beaucoup d’insistance, que pour mettre sur pied une Ecole consistante, sérieuse, génitrice de citoyens instruits et convenablement cultivés, il faudrait, et dès maintenant, faire le nécessairement impératif : la soustraire aux tentatives de manipulation idéologique, des uns et des autres…le rôle primordial d’une Ecole, que ce soit en Algérie ou ailleurs, c’est de former des citoyens instruits, suffisamment capables de construire un Etat et affronter les défis d’une modernité, de plus en plus farouche et dépourvue de tout sentimentalisme. C’est, à notre avis, la première mission d’un système éducatif, exception faite aux pays au régime purement idéologique. Tel était le cas, dans les régimes communistes et socialistes, en majorité déchus. C’est quoi au juste une Ecole moderne ? Ce n’est pas un système scolaire où l’on va être obligé de renier ses origines, sa langue, ses croyances, en s’identifiant à un autre, plus civilisé et plus fort. Non ! C’est loin de là… C’est malheureusement, une conception forcenée des choses. Une Ecole moderne, c’est celle qui dispose d’un enseignement qui forme l’élève d’aujourd’hui, l’homme de demain, à affronter un monde où la compétition et la concurrence dans les différents domaines de la science et de technologie, dans ses aspects civils et militaires, est presque l’unique réalité amèrement vécue. Une réalité que l’on ne saurait contourner ou feindre d’ignorer. Il n’y a pas, de place pour le faux et l’usage du faux. Il n’y a pas de place pour les semis vérités et les bonnes intentions. Il faudrait se soumettre ou se démettre carrément de la scène et attendre, passivement, son destin. L’on constate, journellement, comment le monde actuel se délaisse de toute nation, n’ayant pas réussi son pari de la modernité. Personne n’aura la bonne intention, non plus le temps pour venir à votre aide, en vue de vous repêcher du gouffre du sous-développement, si vous ne réussissez pas à vous aider vous-même. Seule, une Ecole moderne serait capable de former, l’Algérien de demain…Celui qui aura comme missions : construire et protéger les intérêts et la sécurité de son pays.

alkadedz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*