Accueil » Oran » Journée mondiale de l’enfance: L’innocence sans défense à Oran !!!

Journée mondiale de l’enfance: L’innocence sans défense à Oran !!!

Comme chaque année, la Journée mondiale de l’enfance demeure toujours l’occasion de célébrations aux côtés des enfants et l’ouverture des fameux débats: «Il faut, je pense, à mon avis, on constate». Depuis belle lurette, ceux qui constatent, donne leurs avis et pensent, semblent aller dans le sens contraire de la réalité constatée de visu sur le terrain. Plus que jamais, le phénomène des enfants, livrés eux-mêmes, n’a atteint une situation alarmante comme ces dernières années. Beaucoup enfants, issus de familles pauvres et moyennes, rencontrés dans les rues des grandes villes, et même sur les routes hors agglomérations, donnent l’impression d’avoir perdu la notion de l’âge. Ils sont tout, sauf des enfants. Ils activent presque partout. A l’intérieur du tissu urbain, ils activent comme de véritables concurrents des adultes dans les activités illégales. Du gardiennage, en passant au lavage des vitres dans les intersections, la vente du pain sur les périphériques et autoroutes, le ramassage des déchets ferreux et plastique à des heures tardives de la nuit. S’ajoute à cela, la pratique de la mendicité à un âge très bas. Ces petits mendiants ne savent pas ce qu’ils font. Poussés dans la plupart des cas, par leurs parents et autres adultes, certains petits mendiants rencontrés dans les rues de la ville d’Oran, donnent l’impression de comprendre, que ce qu’ils font, n’est pas de la mendicité, mais plutôt une activité. Au niveau d’une intersection au bd Millenium, les automobilistes, en particulier la gent féminine, sont agressés par les petits laveurs de vitre dont le nombre est en pleine croissance jour après jour. Chaque enfant dont l’âge se situe entre 12 et 15 ans, est muni d’une bouteille d’eau et d’un chiffon. Il gicle de l’eau sur les pare-brises des voitures et lave sans demander la permission. Trois secondes après, il tend la main pour être payé. Sinon, ce sont les insultes. L’idée du nettoyage des vitres de voitures au feu rouge à Oran a été lancée par un adulte qui semble avoir des problèmes psychologiques. Cette idée a été reprise par les petits africains qui ont donné l’exemple à des enfants de différents quartiers de la ville d’Oran. Le plus grave de nos jours, ce sont ces bilans qui font ressortir l’utilisation des mineurs dans le monde de la délinquance et plus particulière le trafic de drogue dans les quartiers. S’ajoute à cela, la prostitution des mineures qui n’est plus cachée pour personnes. Les filles mineures fréquentes de plus en plus les lieux douteux. Au pôle urbain Belgaid, qui abrite la plupart des habitants des anciens quartiers chauds d’Oran, la présence de mineures accompagnées de délinquants au milieu des chantiers est toujours signalée. Ces fillettes ont généralement entre 13 et 15 ans dont certaines sont scolarisées. Une situation qui impose la question, ne faut-il pas réfléchir plus profondément aux problèmes que de se limiter aux opérations de sensibilisation.

À propos A.Kader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*