Infos
Accueil » Oran » Rixes et accidents caractérisent le quotidien d’El Bahia: L’agressivité monte d’un cran

Rixes et accidents caractérisent le quotidien d’El Bahia: L’agressivité monte d’un cran

Les accidents de la circulation et les rixes dans les quartiers, dits chauds, se multiplient durant ce Ramadhan, censé être un mois de piété et de tolérance. Au grand dam des usagers, la violence verbale et même parfois physique a pris le dessus dans la communication entre Oranais. En fait, le comportement qui devrait refléter les bonnes traditions algériennes en matière de solidarité, a totalement changé pour une agressivité qui en dit long sur un malaise social qui risque de nourrir des haines et des rancunes entre des individus issus de la même société. Nous sommes à quelques jours de l’Aïd et beaucoup déjà sont à bout de nerfs, cela est devenu une habitude, stress et violences riment désormais avec le mois de Ramadhan. A Oran, particulièrement, et dans différents quartiers, on remarque que les minutes qui précédent l’heure du f’tour sont synonymes de colère. En effet, bousculades dans les magasins, des bagarres qui éclatent, la vitesse sur les routes, sans parler des graves cas de violence qui ont été fatals pour certains. Des agissements qui sont devenus chose courante durant le mois sacré. Cela dit, la colère et l’énervement ressentis par certains durant le jeûne, sont dus aux drogues et autres substances qu’ils ont l’habitude de consommer durant la journée. Seulement, il faut retenir que le jeûne repose essentiellement sur la maîtrise de soi et le respect des autres, un principe que les gens semblent de plus en plus oublier. Ces violences et agressions qui marquent le mois sacré sont plus psychologiques que sociales, car jeter la responsabilité sur le Ramadhan n’est qu’une façon de justifier ses actes immoraux ainsi que son incivisme. Une situation déplorable! Malheureusement, le phénomène se répand de plus en plus. Certains citoyens expliquent cette nervosité soit par le manque de caféine ou de nicotine en majorité. De l’autre côté, en se baladant dans les rues d’El Bahia, on constate que la plupart des rideaux de commerce sont baissés, ce n’est pas tout parce qu’au niveau des administrations, la situation n’est pas bien mieux, presque tout est à la traîne, à peine si on vous adresse un « Bonjour », la majorité des personnes explique que cette lenteur et mauvaise humeur sont dues à l’effet du mois de Ramadhan. Il faut dire que c’est facile de tout mettre sur le dos du Ramadhan.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*