Infos
Accueil » Actualité » Il interpelle les personnalités et les élites nationales: Gaïd Salah appelle au dialogue

Il interpelle les personnalités et les élites nationales: Gaïd Salah appelle au dialogue

Le Général de Corps d’Armée préconise un dialogue qui place l’Algérie «au dessus» de toutes les considérations. L’Algérie vit un moment crucial de son histoire. Alors que le report des élections présidentielles n’est qu’une affaire de temps, la question des consultations politiques en vue de déboucher sur un consensus est au stand by. Des consultations politiques intervenues, faut-il le rappeler, dans un contexte fort de montée en puissance des interpellations judiciaires et des arrestations de personalités politiques influentes et d’hommes d’affaires ayant pignon sur rue pour affaires de corruption et de dilapidation des deniers publics. Le mouvement associatif a, quant à lui, démontré sa passivité et son inaction devant le Hirak et les marches «spontanées» du peuple durant les vendredis. Dès lors qu’on s’interroge si la classe politique nationale dans l’ensemble a enterré prématurément ses prédispositions à jouer un rôle dans le parachèvement des consultations politiques et a ainsi brûlé ses cartes. Un moment où cette même classe politique aura prouvé son efficacité si ce n’est pas qu’elle a été décimée et plus que jamais divisée. A qui donc est censé s’adresser l’appel au dialogue du Général? Les observateurs notent avec conviction que l’appel est lancé vers les personalités nationales et les intellectuels avec toutes leurs diverses composantes (étudiants, professeurs d’université, hommes de science ou de culte musulman, médecins, avocats, magistrats etc…). Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major, confirme cette tendance, place les personnalités et les élites nationales au coeur de ce dialogue après l’extinction de la classe politique et de ses intermédiaires, les associations. Le Chef d’Etat-major de l’ANP a appelé, mardi à Tamanrasset, « les personnalités et les élites nationales » à un dialogue « sincère et objectif » pour résoudre la crise que vit le pays à travers des « concessions réciproques ». Ce dialogue est « la seule voie qui permettra au pays de sortir de la crise qu’il traverse », a estimé M. Gaïd Salah au cours d’une rencontre d’orientation avec les cadres et les personnels de la 6ème région (Tamanrasset) diffusée par visioconférence à l’ensemble des unités de la Région. Pour le chef d’Etat-major, « l’unique voie permettant de sortir de la crise que traverse notre pays, est d’adopter un dialogue sérieux, sincère, réaliste, constructif et clairvoyant qui place l’Algérie au-dessus de toute considération ». Car ce dialogue, argue-t-il, « signifie la disponibilité de tous à s’entendre et s’écouter mutuellement, avec pondération, sérénité, engagement et une aspiration sincère vers la nécessité, voire l’impératif de trouver les solutions idoines sans délai ». M. Gaïd Salah en appelle à « toutes les parties » afin qu’elles fassent « preuve de responsabilité à faire du dialogue la bouée de sauvetage de la patrie », et « tirer les enseignements des expériences et des évènements tragiques passés où la raison était absente et dont l’unique perdant était la patrie ». Dans ce dialogue « auquel les personnalités et les élites nationales, fidèles à la Nation et à son intérêt suprême sacré, doivent participer », il « sera question de l’évaluation des circonstances que vit le pays et de concessions réciproques pour le bien du pays ». C’est ainsi, conclut-il, « que l’on outrepasse les divergences entre les différents avis ou du moins on réduit les écarts entre les points de vue contradictoires et contrastés, sachant que rien ne s’élève au-dessus de l’intérêt de notre pays ». A Tamanrasset, le chef de l’Etat-major de l’armée, Ahmed Gaïd Salah, s’est exprimé sur la situation politique que connaît l’Algérie. Le Général Gaïd Salah appelle au dialogue «constructif». Mieux le général appelle à ne pas faire référence aux élections présidentielles prévues le 4 juillet. Le Général est convaincu que la seule la voix du dialogue peut faire sortir l’Algérie de la crise. Le chef de l’Etat-major de l’armée a signalé qu’une solution urgente doit être trouvée pour remettre le pays sur les rails. Il affirme aussi que le peuple ne veut pas reproduire les expériences du passé – faisant référence aux années 1990 et le lot de drames que le peuple a vécus. Le chef de l’Etat-major demande «aux uns et aux autres de faire des concessions dans l’intérêt du pays». Il faut souligner que le chef des armées a fait l’impasse sur les élections présidentielles dans son intervention, des élections pourtant considérées comme seule voix de sortie de crise, il y a une semaine de cela. Cette échéance électorale est refusée par la rue et la classe politique qui n’a enregistré que deux candidats à la candidature. Il semble que cette solution irréalisable sur tous les plans puisse bientôt être abandonnée par l’armée.

À propos B.H.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*