Accueil » Régions » Saida vit au rythme de la protesta: Le hirakisme du « vendredisme » tient la vedette

Saida vit au rythme de la protesta: Le hirakisme du « vendredisme » tient la vedette

Le malaise ne concerne pas un seul secteur d’activité mais touche l’ensemble …..Ces mouvements de contestation ou autres sit-in butent souvent sur l’absence d’un dialogue, probablement ou peut-être à cause de la nature des revendications qui dépassent souvent les prérogatives des responsables locaux. Quoi qu’il en soit, ça bouillonne sur le front social ….routes bloquées – des citoyens qui ferment les sièges de leurs APC – des mouvements de protestation devant l’entrée de la wilaya au point où la façade de cette institution est devenue semblable au mur de lamentations. Il ne se passe pas un jour sans que l’on nous informe d’une grogne qui vient d’éclater quelque part sur le territoire de la wilaya. Ca bouillonne partout et pour un rien, la protesta pointe son nez et bien sûr la police est là – présente et  » discrète  » Et pourtant cela ne colle pas à sa réputation qu’elle s’est forgée depuis belle lurette. A Saida – à l’instar des autres villes du pays, ça chauffe partout et le mois de Ramadhan n’en est pas la cause. Depuis le 22 mars dernier, nous avons enregistré plusieurs mouvements sociaux et la fermeture des routes est toujours au programme. Certains réclament le logement – d’autres, l’emploi et les réseaux s’enflamment avec des fausses informations connues sous le nom de Fake News. Ce bouillonnement social expose la wilaya de Saida comme pour les autres wilayas du pays à une véritable descente aux enfers parce que la masse citoyenne pour exorciser les démons qui l’assaillent, n’a d’autres choix que l’expression de la rue. Mais jusqu’à quand, s’interrogent plusieurs citoyens qui en ont ras-le-bol de ce syndrome du Vendredisme comme dirait l’autre. …Et ceux qui pensent représenter le Hirak ne représentent qu’eux-mêmes, dira une dame devenue Hirakiste depuis le 22 février dernier. Mais au fait que devient la société civile locale; elle a disparu depuis le début du Hirak. Allez messieurs les animateurs, sortez de votre léthargie.

À propos Ould Ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*