Accueil » Régions » Affectation des locaux à usage professionnel au profit du CHU de Béjaia: Le gouvernement donne son accord

Affectation des locaux à usage professionnel au profit du CHU de Béjaia: Le gouvernement donne son accord

Le gouvernement vient de donner son accord pour la proposition à la wilaya de Béjaia de l’affectation de locaux à usage professionnel, situés à Sidi Ali Labhar, dans la commune de Bejaia, au profit du Centre Hospitalo-universitaire (CHU) de Béjaia, pour le développement des activités de soins et de formation médicale. C’est que nous informe la cellule de communication de la wilaya de Béjaia qui précise à ce sujet que «le ministère des Finances a été saisi par le Premier ministre afin d’inscrire dans le budget de 2019 une opération pour l’étude de ce projet». «Une fois l’étude finalisée, il sera procédé à son aménagement et son équipement directement et les médecins spécialistes et les praticiens de la santé seront consultés et associés à toutes les étapes de ce projet», apprend-on de la même source. Afin d’avancer dans la concrétisation de ce projet, une séance de travail présidée par le wali a été tenue, avant-hier, au siège de la wilaya et ce, afin d’élaborer le cahier des charges du projet d’aménagement locaux à usage professionnel de Sidi Ali Labher, en structures hospitalières. «Les professeurs Tliba, Boubzari, Monasria et Lakhdari, des spécialistes de la santé, ont été associés à cette réunion pour donner leurs avis et orientations aux côtés du Président Directeur Général du CHU, du recteur de l’université de Béjaia, des différents directeurs de l’exécutif ,du président de l’APC de Béjaia et un élu de l’APW membre de la commission des marchés», indique aussi la cellule de communication de la wilaya. La commission installée pour élaborer le cahier de charge a été instruite «de prendre en compte tous les paramètres afin que cette opération réponde à la norme internationale d’usage pour ce genre d’opération». Il convient de rappeler que les structures actuelles du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Béjaïa ne sont pas adaptées aux normes de fonctionnement d’usage pour ce genre de centre. Des structures qui se caractérisent par une vétusté avancée et l’exiguïté des espaces. Faute de l’inscription du nouveau CHU, dont le projet est annulé suite à la crise financière que traverse le pays, le CHU de Béjaia fait aussi face à une forte affluence de malades. Le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Béjaïa, créé par décret exécutif n°09-319 du 6 octobre 2009, reçoit des malades surtout orientés par les établissements de santé de la wilaya et même des wilayas limitrophes. A cela, il faut ajouter que cette structure fait face aussi au phénomène de la violence. Autrefois terre d’asile, l’hôpital est confronté à une violence presque quotidienne, nombreuse, diversifiée et récurrente. Ces agressions s’exercent aussi bien à l’encontre du personnel médical, des soignants que celui des personnels d’accueil, il faut retenir que nul n’est épargné par cette délinquance du nouveau genre. L’hôpital se retrouve donc face à un paradoxe. D’un côté, il doit continuer d’assurer sa mission accueillir des patients et des familles dans un esprit d’ouverture conformément à sa tradition et de l’autre côté, il doit se refermer sur lui-même pour protéger son personnel et les autres usagers. Le centre hospitalo-universitaire (CHU) de Béjaia se plaint de cette violence inouïe contre son personnel confronté à l’agressivité dans le cadre de l’exercice de ses fonctions. La direction de ce centre hospitalo-universitaire de Béjaia évoque justement cette violence devenue un véritable fléau qui infecte la vie professionnelle des personnels de la santé. Les structures de ce CHU sont « étouffées par le nombre important d’usagers qui ne cesse de s’accroître, ajouté à l’exiguïté des structures d’accueil, incapables de contenir tout ce monde, sont confrontées également aux comportements violents et agressifs de certains usagers », apprend-on du personnel du CHU de Béjaia. La direction générale du CHU de Béjaia est contrainte d’interpeller à chaque fois les forces de sécurité suite aux événements graves mettant en péril la sécurité des personnels et des patients en plein pavillon des urgences. L’option d’affectation des locaux à usage professionnel offre plusieurs avantages. Ce site de Sidi Ali Labhar est très accessible à travers plusieurs voies et sa proximité avec de grands axes routiers permet, aussi la rapidité des interventions. A cela, il faut ajouter sa proximité directe avec le nouveau centre de transfusion sanguine, une polyclinique en cours de réalisation et l’actuelle faculté de médecine. Disponibilité sur le même site d’une assiette foncière réservée à la construction d’une nouvelle faculté de médecine, d’une capacité de 4.000 places pédagogiques, et existence d’une assiette foncière mitoyenne pouvant être exploitée pour une future extension. Signalons que les locaux à usage professionnel, situés à Sidi Ali Labhar, ont été réalisés en 2007 et restés inoccupés et sont, actuellement, dans un état de délabrement avancé.

À propos Hocine Smaâli

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*