Accueil » Actualité » Le défilé devant le procureur de la Républqie continue: Des purges, des comparutions et des questions!

Le défilé devant le procureur de la Républqie continue: Des purges, des comparutions et des questions!

Des milliards partis en fumée et des contrats douteux de projets et investissements qui se sont évaporés et détournés par des corrompus qui ont siégé au sein de l’ex-système dont le trio instigateur qui, pour rappel, se trouve actuellement derrière les barreaux, en attendant que le tribunal militaire décide de son sort. La semaine qui vient de s’écouler a vu une activité hors norme de ballet d’ex-ministres et personnalités défilant devant le tribunal de Sidi M’Hamed à Alger, après le tribunal militaire de Blida, pour y juger les corrompus qui ont pillé le pays et spolié ses biens. Le Hirak entre-temps s’est poursuivi, hier, en adhérant à l’option de mettre hors d’état de nuire les symboles de l’ex-système qu’il ne cesse de dénoncer en ces journées caniculaires du mois sacré du Ramadhan. En ce second vendredi de Ramadhan et la 13ème manifestation hebdomadaire, le jusqu’au-boutisme est de rigueur, température chaude et poussiéreuse mais pas de quoi décourager les manifestants qui arrivent de plus en plus nombreux à pied ou dans des processions de voitures, portant drapeaux sous ce soleil de plomb, pour cracher leur marasme. Cependant, une imposante marche en perspective a commencé tôt dans la journée avant de se disperser aussitôt pour se reposer, avant de casser le jeûne. Le Hirak ne désarme pas. Il est plus que jamais déterminé à mettre fin, selon ses slogans brandis un peu partout, à l’élection présidentielle du 4 juillet prochain dont déjà 79 postulants se sont bousculés au portillon en dépit du rejet du Hirak qui exhorte à imposer sa propre formule de transition, pas celle dictée par le président désavoué Abdelkader Bensalah. Les choses évoluent d’une manière vertigineuse ces derniers temps où on assiste à un vrai séisme sur la scène politique économique et sociale par un tourbillon de décisions caractérisées par des purges et des interpellations avec comparution devant la justice de tout le gratin et bataclan qui a magouillé avec l’ex-système Bouteflika. Les robes noires de la justice qui ont défilé dans les rues pour se repentir, ne se sont pas faites prier, en dépit du dernier communiqué des magistrats pour se libérer et agir indépendamment des injonctions du chef d’État-major. Sur un autre volet, on apprend que Belkacem Zeghmati a été désigné, de nouveau, procureur de la Cour d’Alger, trois ans après avoir été démis de ses fonctions par Abdelaziz Bouteflika, l’ex-président démissionnaire. Le juge Belkacem Zeghmati avait été limogé en septembre 2015 par l’ex-président sortant après qu’il ait lancé des mandats d’arrêt contre l’ex-ministre de l’Energie, Chakib Khelil, selon des sources concordantes dans l’affaire de Sonatrach et des contrats fantoches conclus par le neveu de l’ex-ministre des Affaires étrangères, Farid Bedjaoui. On attend selon les propos du général-major, la réouverture pour bientôt de l’affaire Sonatrach après le limogeage de son PDG Ould Kaddour. Dans ce brouhaha, le tribunal de première instance de Sidi M’Hamed a vécu, jeudi dernier, un rythme accéléré devant ces va-et-vient des ex-figures de proue de l’ex-système maffieux et corrompu entre autres les ex-premiers ministres, les ex-ministres, les leaders de partis,les ex-walis et pas moins de 60 personnalités politiques devant le juge d’instruction à une heure tardive de la soirée, au moment où d’autres attendent leur comparution au courant de cette semaine au tribunal de Bir Mourad Rais, entre autres, l’ex-patron du FCE et son clan.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*