Accueil » Oran » Indignation et colère des habitants de la cité des 180 logts: Prolifération effrayante des moustiques à Akid Lotfi

Indignation et colère des habitants de la cité des 180 logts: Prolifération effrayante des moustiques à Akid Lotfi

Colère et indignation des habitants de la cité 180 logements à Akid Lotfi. Une cité implantée en plein centre du quartier, le plus attractif de la commune d’Oran. C’est le constat amer, que nous avons pu observer de visu en ces jours de chaleur. Une population livrée à elle-même qui vit, depuis des mois, de longues nuits blanches, à cause de la prolifération effrayante de moustiques et quels moustiques !!!», à l’intérieur même des appartements. Les habitants nous déclarent: «C’est insupportable, nous passons des nuits blanches, à faire la chasse aux moustiques. Et d’ajouter: «Ni les insecticides ni les appareils anti-moustiques, n’ont pu exterminer ces bestioles, devenues trop résistantes». Du haut d’une fenêtre, une mère de famille qui semble vouloir pleurer, nous dira avec un ton désespéré: «Je vous jure «ya khoua», les enfants et les bébés se réveillent la peau en passoire quand ils arrivent enfin à dormir. Quant aux adultes, leur calvaire se poursuit même dans la journée du fait qu’ils ne dorment pas assez et sont fatigués à force de mener la chasse aux moustiques. On apprend sur les lieux que les habitants de la cité en question se sont mobilisés à maintes reprises pour en finir avec cette situation désolante, en louant des pompes, afin de vider l’eau cumulée dans les caves, mais en vain. Ce qui a été fait, n’a pas suffi, les moustiques n’en démordent. La situation étant devenue un vrai calvaire, les habitants se sont tournés vers les services d’hygiène de l’APC d’Oran et de la SEOR afin de les inciter à entreprendre une opération d’éradication comme dans le temps où ces opérations étaient régulières chaque début d’été. A l’approche des jours de grande chaleur, les immeubles continuent à abriter des fiefs de moustiques se multipliant de plus en plus. A l’heure où nous mettons sous presse cette information, la cité 180 logements à Akid Lotfi est le cadre d’une tension qui monte au sein de ces occupants. Bien entendu, cela se passe en absence des services publics.

À propos A.Kader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*