Accueil » Oran » Visites officielles «récursives» du projet en 2019: Un wali «au chevet» du complexe olympique

Visites officielles «récursives» du projet en 2019: Un wali «au chevet» du complexe olympique

Les visites innombrables et densifiées du chef de l’exécutif de wilaya durant l’année 2019 démontrent l’attention, somme toute particulière, accordée par les pouvoirs publics à l’organisation des prochains Jeux Méditerranéens en 2021. Un vrai défi certes auquel est désormais confrontée la deuxième capitale du pays, pour peu que les travaux restants arrivent à leur échéance. Durant les cinq premiers mois de 2019, le wali Mouloud Chérifi s’est rendu en visite officielle d’inspection des chantiers du complexe sportif, implanté dans la commune de Bir El Djir avec son stade de 40.000 places, au moins, une dizaine (10) de fois. Cela sans compter ses visites «inopinées» avec son staff de la chefferie locale. Lors de l’une de ses dernières visites avec la presse, qui remonte à la fin avril-début Mai, il avait informé l’entreprise chinoise qu’il allait y retourner chaque samedi pour tâter le pouls de l’évolution du chantier du coulage et des charpentes métalliques relatives à la deuxième partie du complexe à réaliser. Visiblement, le wali qui fait de cette méga infrastructure sportive une «obsession» à travers ses observations et ses mises en garde qu’il assène à chaque fois à certains de ses collaborateurs concernant certaines insuffisances à l’image de l’état de la verdure vu de l’extérieur du stade, semble bousculé par l’impondérable du temps. Il veut coûte que coûte que «les délais soient respectés». Le projet du Complexe avec son stade de 40.143 places a été lancé en décembre 2016 mais le lancement officiel des travaux n’a eu lieu qu’en juin 2010. Le projet est passé par de dures et interminables péripéties et à chaque fois, les délais de sa réception ont été ajournés. «Octobre 2018, «six premiers mois de l’année 2019» puis «fin 2019» sont entre autres délais annoncés. A l’origine, la réception du stade était prévue en 2012. Aujourd’hui, il est fort à parier que le projet en lui-même, a de fortes chances d’être achevé à la fin de l’année en cours. Le wali Chérifi «au chevet» de ce projet depuis son arrivée à Oran en juillet 2017, ne cesse de tarabuster tout son monde au sujet du respect des engagements pris par l’entreprise réalisatrice et le bureau d’études auquel relève la mission de définir et d’appliquer les normes internationales en plus du fait que c’est au bureau d’études d’imposer le rythme des travaux comme l’atteste le wali.

À propos B.H.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*