Accueil » Actualité » Ils refusent le déstockage des légumes de large consommation: Des «opérateurs-spéculateurs» dans de sales draps!

Ils refusent le déstockage des légumes de large consommation: Des «opérateurs-spéculateurs» dans de sales draps!

Visiblement, le ton du ministère du Commerce s’est durci. Le temps des comptes à rendre a sonné pour les spéculateurs de tout bord. Devant l’insatiabilité de certains opérateurs à vouloir reprendre du poil de la bête et à faire fi des consignes au sujet du déstockage de leurs produits durant ce mois de Ramadhan, le ministre du Commerce, Said Djellab, décide de sévir. D’ores et déjà à la vue des premiers opérateurs auxquels des mesures coercitives ont été appliquées, on peut admettre que c’est le prélude d’un vaste nettoyage. Said Djellab a en effet annoncé, samedi à Alger, le début des poursuites judiciaires contre les opérateurs économiques. Il est reproché à ces derniers d’avoir refusé le déstockage des légumes de large consommation. « Dans le cadre des dispositions visant la régulation du marché durant le mois de Ramadhan, des inspections ont été opérées au niveau des dépôts des produits agricoles à travers les différentes régions du pays en vue de procéder à leur déstockage et contribuer ainsi à la baisse des prix », a indiqué le ministre, lors d’une réunion d’évaluation avec les directeurs centraux et les directeurs de wilaya de son secteur. Apparemment les choses sérieuses ont commencé. Le ministère du Commerce avait averti la veille du mois sacré les commerçants à respecter les prix référentiels mis en place et le déstockage des produits de large consommation notamment les fruits et les légumes. Ce n’est pourtant pas ce qui a été fait. Certains opérateurs, au lieu de jouer le jeu, ont constitué d’importants stocks de produits. Ils ont refusé de les déstocker pour des fins de spéculation. De ce fait, les services du Commerce ne se sont pas fait prier pour saisir la justice afin de prendre les mesure qui s’imposent à leur encontre, a fait savoir le ministre. Depuis quelques jours, les prix des fruits de large consommation se sont enflammés. Pour beaucoup, les clients et les ménages «aident» les spéculateurs à rebondir à chaque fois en achetant leurs produits qui sont chers. «Il ne faut pas jouer les riches quand on n’a pas le sou», rétorque un père de famille rencontré samedi au marché de la rue des Aurès (Oran) et qui s’est contenté juste de quoi avoir besoin. A titre d’exemple, 15 opérations de déstockage de produits agricoles ont été effectuées à Alger la semaine dernière», indique M.Djellab. Le ministre a fait état de la mise en place d’équipes mixtes. Celles-ci regroupent des agents des ministères du Commerce et de l’Agriculture. L’objectif est de faire le point sur les produits récoltés à des fins de spéculation. Il s’agit d’un contrôle sur terrain des champs agricoles en vue de lutter contre une autre forme de spéculation, à savoir l’ajournement de la cueillette des récoltes en vue d’engendrer une pénurie sur le marché, et par conséquent une hausse des prix, a précisé le ministre. Le ministre a abordé l’évaluation de l’application des prix de référence; M. Djellab a évoqué des différences d’une wilaya à une autre dans l’application de ces prix, qui concernent essentiellement les légumes de large consommation (pomme de terre, tomate, oignon, ail, carotte, courgette, salade) outre la banane et les viandes importées, congelées ou surgelées. Globalement, il a été constaté que les prix de référence n’ont pas été respectés comme il se doit, notamment pour les viandes rouges et les tomates dont les prix ont poursuivi leur hausse durant la première semaine du Ramadhan, d’où la nécessité de l’intensification du contrôle des stocks et d’une meilleure maîtrise des marchés de gros, a-t-il estimé. Le ministre s’est dit optimiste quant à une baisse des prix dans les prochains jours. La raison, selon lui, en est de la hausse des températures qui n’est pas favorable au maintien des récoltes sur pied et à la reprise du travail par les agents de contrôle qui avaient observé un mouvement de grève, durant les premiers jours du Ramadhan. A propos des prix excessifs des légumes dans l’extrême sud, M. Djellab a fait part de la disponibilité de son département à subventionner le transport des produits agricoles de base pour faire baisser les prix, en sus de la création de marchés itinérants en collaboration avec les walis. Le ministre a appelé les directeurs de son secteur à répondre « rapidement et efficacement » à toutes les demandes d’intervention formulées par les citoyens. « Beaucoup de signalements reçus, notamment de la part d’associations, sont restés sans suite. Il y va de notre crédibilité, car le signalement témoigne de la confiance placée en nous par le citoyen et nous ne devons pas le décevoir », a déclaré M. Djellab à l’adresse des cadres de son ministère. Par ailleurs, il a été décidé la création d’une cellule de veille au niveau de toutes les directions du Commerce de wilaya pour le suivi et l’analyse des prix, l’élaboration de rapports et l’envoi de bilans hebdomadaires aux autorités centrales.

À propos B.H.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*