Accueil » Actualité » Après le maintien en garde à vue de Louisa Hanoun par le tribunal militaire de Blida: Pourquoi le Parquet ne se prononce pas?

Après le maintien en garde à vue de Louisa Hanoun par le tribunal militaire de Blida: Pourquoi le Parquet ne se prononce pas?

Que risque l’ex-partenaire de San Egidio, Louisa Hanoun, après sa mise en détention préventive, jeudi dernier, par le tribunal militaire de Blida? L’opinion nationale attend le communiqué du Parquet pour rendre compte des chefs d’accusation qui pèsent sur les détenus, notamment la première arrestation d’un chef de parti qu’est Louisa Hanoun et son maintien en détention préventive avant son jugement. Toutefois si elle a été placée en garde à vue par le juge d’instruction, c’est qu’elle est impliquée avec le trio infernal que sont Said Bouteflika, Toufik Medienne et Athmane Tartag. Louisa Hanoun, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), a été placée jeudi après-midi en « détention provisoire » par le tribunal militaire de Blida, dans une prison civile de cette wilaya, a-t-on confirmé auprès du ministère de la Défense nationale (MDN).
Les rumeurs avaient auparavant spéculé sur son audition en tant que témoin, ensuite on apprend, selon des rumeurs, qu’elle serait impliquée au côté de l’ex-DRS, le général en retraite Toufik Medienne, concernant la sécurité du pays. Louisa Hanoune a été convoquée auparavant par le juge d’instruction près le tribunal militaire de Blida pour être entendue dans le cadre de l’enquête ouverte contre Athmane Tartag, Mohamed Mediène et Said Bouteflika, poursuivis pour « atteinte à l’autorité de l’armée et complot contre l’autorité de l’Etat ». Pour l’heure et soit 48 heures après sa mise en garde à vue, rien n’a filtré sur les chefs d’accusation qui pèsent sur elle. La pasionaria du Parti des Travailleurs a comparu, jeudi dernier, devant la juridiction militaire de Blida pour y être entendue avant que le juge d’instruction ne décide de son maintien en garde à vue. Cette détention préventive a été appliquée pour la présidente du Parti des Travailleurs qui depuis le commencement du Hirak, avait tenu des propos tendancieux envers la révolte du peuple. Elle a par contre fustigé l’arrestation du patron de l’ex-DRS le général en retraite Toufik Mediene qu’elle avait qualifié de toutes les louanges de par son ex-statut d’homme de la situation. Incontestablement, ses propos et positions lui ont été fatals. Elle récidive à chacune de ses sorties par asséner des coups et des tirs croisés envers l’armée même après les derniers événements ayant secoué le pays marqué par les marches de protestation des Algériens à travers le territoire national contre le 5ème mandat et le départ des symboles du système. La présidente du Parti des Travailleurs s’est éternisée au niveau de l’APN qu’est le Parlement algérien où elle a brigué son 5ème mandat soit 25 années passées au sein de cette institution alors qu’elle ne cesse de crier haut et fort pour la dissolution de la Chambre basse. Son langage ambigu, tantôt opposante tantôt acquise au pouvoir et à Bouteflika, a fait d’elle une démagogue sans plus, car sur le tas, elle a prouvé son incompétence devant la situation précaire des travailleurs qui vivent encore avec le SNMG. Ses militantes ont tenté de perturber le Hirak au niveau de la place Maurice Audin à Alger centre par inventer leur subterfuge d’atteinte au mouvement féministe que sont ces militantes. Elle a aussi attaqué l’ex-ministre de la Culture pour l’accuser de détournement d’un budget faramineux du ministère, estimé à 07 milliards de DA pour le financement d’un reportage; toutefois, Louisa Hanoun n’est pas innocente puisqu’elle a été maintenue en détention préventive par un tribunal militaire, mais on avance d’ores et déjà qu’elle est accusée de complot contre l’armée et elle risque gros pour cette accusation.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*