Accueil » Chronique » Point de Vue: Le rendez-vous du 04 juillet aurait-il lieu?

Point de Vue: Le rendez-vous du 04 juillet aurait-il lieu?

Pour le commandement militaire et le régime provisoire dirigeant le pays, depuis la chute du l’ancien gouvernement, la date du 04 juillet est irréversible pour l’organisation des prochaines élections présidentielles. L’on s’y arc-boute au point où l’on ne saurait écouter d’autres voix, autre que la sienne. En revanche, pour le Hirak, dont les chefs et évidemment les têtes pensantes, restent mystérieusement loin de toute atteinte, il ne saurait être question, de tenir des élections avec  » les rescapés  » de l’ancien régime. L’on avait proposé – conformément aux articles 06 ,07 et 08 de l’actuelle Constitution, stipulant que le peuple est la source de tout pouvoir – quelques personnalités politiques, Taleb Ibrahimi, Benbitour, entre autres, pour mener cette pénible période transitoire. A savoir, l’organisation d’une Assemblée Constituante qui pour principale mission, la mise en place d’une nouvelle Constitution, la tenue des élections présidentielles. Le gouvernement provisoire n’a donné, jusqu’à maintenant, aucune suite, aux propositions des gens du Hirak. L’on avait, justement, misé sur le facteur temps, pour laisser fléchir les forces du Hirak. L’on avait, également, misé sur le mois sacré du Ramadhan pour voir flétrir la volonté des jeunes insurgés. Au contraire, le premier vendredi du Ramadhan s’est, particulièrement, distingué par une mobilisation, plus accrue. L’on avait, en plus de tout ça, misé sur des arrestations spectaculaires de quelques dignitaires et hommes-clé de l’ancien régime, en vue d’apaiser les esprits. Aucune de ces manœuvres politiques visant le contournement, du mouvement pour le changement, n’a donné les résultats escomptés. Le Commandement militaire irait-il, enfin, prendre en considération les attentes du Hirak ? Jusqu’à maintenant, le commandement militaire qui a pris, de façon effective, les rênes du pouvoir, s’est comporté de manière, lui valant toutes les révérences … Il a tout sacrifié, afin de préserver la stabilité et la paix dans le pays, ainsi que la continuité de l’Etat.. Certes, il y a encore des divergences subsistant entre le Commandement et le Hirak. Mais, c’est normal, puisque, l’on ne perçoit pas les choses du même angle. Le Hirak fait de la politique par émotions, par sentiments et surtout, surtout, par principe. En revanche, les hommes politiques font ça, selon des calculs et des compromis, en prenant en considération des facteurs et des données complexes, intérieures et extérieures. Ainsi, les intérêts vitaux des grandes puissances dans notre pays, sont à préserver, sinon, ils vont nous créer des problèmes. Et bien oui ! De grands problèmes.

alkaderdz62@ahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*