Accueil » Actualité » De nouveau dans la rue pour le 12ème vendredi: Une mobilisation ramadhanesque impeccable!

De nouveau dans la rue pour le 12ème vendredi: Une mobilisation ramadhanesque impeccable!

Une nouvelle fois, les Algériens demandent à l’armée d’intervenir pour respecter la Constitution et la parole du peuple. «Samidoun», «Non à la Constitution», «Oui pour la légitimité du peuple», les slogans sont presque inchangés que les autres vendredis. Il s’agit aussi de préserver le champ politique de la «médiocrité», évoquent-ils. Malgré le jeûne et le soleil, les Algériens ont fait montre d’un second souffle, en marchant pacifiquement dans plusieurs villes du pays, dénoncant le régime. Comme prévu, la mobilisation populaire a repris son bâton de pèlerin en ce 12ème vendredi. Un «Hirak» ramadanesque qui a dégagé un sens partagé de responsabilité et de dévouement à la cause des manifestants. Plus organisés et plus encadrés pour ne pas céder aux dérapages, les Algériens ont surpris en ce début de Ramadhan. Une moblisation ramadanesque qui montre l’état d’esprit de la rue à la veille des jours de montée du mercure. Les Algériens sont sortis une nouvelle fois pour démentir les allégations d’essoufflement de leur mouvement citoyen populaire contre le «système». Ils ont choisi de répondre par « oui » à un nouvel appel de manifestation ce vendredi. Nullement affectés par la carême et la chaleur, et nullement impressionnés par la sucession des évènements ni les arrestations judiciaires à l’encontre des «patrons» et des commis de l’Etat, ils ont défilé pour la 12ème semaine d’affilée. Les Algériens sont sortis par dizaines de milliers. Certes, ce ne ressemblait pas aux marches «millionnaires» des premiers vendredis mais la vérité est là. Fait inédit, les Algériens sont appelés à se mobiliser pendant le jeûne durant tout le mois de Ramadhan. C’est un nouveau virage de la mobilisation civile qui refute le «dialogue» et  les «élections présidentielles» du 4 juillet tant que disent-ils «les résidus du système sont maintenus dans leurs postes». Certes, il y a eu moins affluence que les 11 vendredis passés mais les manifestants ont fait preuve de cran, de constance et de lucidité. Dans la capitale, Oran ou ailleurs, à travers le pays, la mobilisation était moins pesante par rapport aux autres vendredis. Il y avait moins de monde à la mi-journée dans les rues de la capitale que les vendredis précédents. «Ils ont affronté le soleil et l’abstinence pour défier le système», a observé un étudiant de la faculté de médecine, rencontré sur le lieu de la marche à la rue Larbi Benmhidi, en plein cœur du centre-ville d’Oran. A ce moment, le dispositif de sécurité semble allégé, même si un hélicoptère survolait le centre-ville. La question que se sont posés beaucoup de manifestants, c’est: «Faut-il aller manifester de jour, sous le soleil sans eau ni nourriture? Au-delà de l’effort physique que cela représente, certains s’inquiétaient de la capacité à garder la mobilisation pacifique dans ces conditions. L’autre possibilité, manifester de nuit, ne rassure pas non plus. Pourtant, depuis lundi, la mobilisation s’est poursuivie même si elle a baissé en intensité et si elle a pris d’autres formes. Les revendications n’ont pas changé. Sur les pancartes des manifestants qui sont déjà présents à Alger, ce vendredi à la mi-journée, on voit une série de messages adressés au chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah. Des messages qui demandent de rendre le pouvoir au peuple alors que d’autres dénoncent les «résidus du système», la vague des procès et arrestations de personnalités politiques, militaires et économiques qui ont commencé, il y a plus d’un mois maintenant. Enfin, de nombreux manifestants répètent qu’ils veulent maintenir l’union et que le plus gros danger, selon eux, c’est la division.

À propos B.H.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*