Accueil » Chronique » Point de Vue: Jusqu’à quand  la parade ?

Point de Vue: Jusqu’à quand  la parade ?

Le vendredi nous avons fêté la 11ème marche populaire, qui a, comme d’habitude, envahi toutes les villes d’Algérie…les mêmes slogans, les mêmes devises, les mêmes revendications…Mais, une question pertinente qui s’impose, dans de pareilles situations.. Où va-t-on donc, avec ce Hirak, apparemment, sans lendemain, voire sans un aboutissant… Il faut qu’il y ait un but ou des buts. L’on ne va pas quand même continuer à parader dans les rues, alors que le temps passe et passe trop vite même. Les changements se réalisent, suite à des actes sages et ayant des objectifs précis. Il faut que l’on entrevoie le bout du tunnel…maintenant, il y a deux discours qui planent sur nos têtes …Il y a d’abord celui du Hirak, apparemment intransigeant, imbibé de violence verbale, bien que « pacifiste », et résolu à ne pas faire un iota en arrière et de toute évidence, il ne propose pas d’alternatives. Dire par alternative, un programme complet étalé sur des phases bien déterminées, en vue d’opérer des changements de fond …L’autre option, celle du régime ayant pris les rênes du pouvoir, depuis la chute du régime, début de l’année en cours. Celui-ci, parle un autre langage… Il se réfère à tout et en tout à la Constitution. Cela a créé des divergences de vues, entre le régime « par intérim » et les forces du changement…Pour le moment, il n’y a aucun contact ; aucune initiative de dialogue entre les deux camps. Cette situation du « jour le plus long », avait, justement, poussé les citoyens à s’interroger avec force, sur le devenir ce mouvement. A remarquer que même les personnalités de l’ancien régime ayant fait objet de poursuites judiciaires, de manière un peu spectaculaire et différemment interprétés par les citoyens, n’ont pas réussi à convaincre le peuple des bonnes intentions du nouveau régime. L’on avait décidé une date butoir pour les prochaines élections présidentielles, mais les gens du Hirak ne veulent rien entendre à cela. En revanche, ils proposent des personnalités – Ben Bitour, Taleb El Ibrahimi, considérés par le peuple- ou la majorité du peuple- comme étant propres et irréprochables, en vue de mener la phase transitoire. Le régime « intérimaire » va-t–il donner des suites favorables aux attentes du peuple ? Le grand souhait de la majorité des citoyens algériens, c’est d’aboutir à un pacte national entre les Forces du Changement et le pouvoir provisoire en place. Il faut dépasser coûte que coûte, cette situation du goulot d’étranglement.

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*