Accueil » Sport » A moins de quinze jours du Ramadhan: Les prix excessifs hantent les ménages

A moins de quinze jours du Ramadhan: Les prix excessifs hantent les ménages

Depuis quelques jours déjà, certains commerçants de légumes au niveau de marchés donnent l‘impression de vouloir conditionner les réflexes du citoyen lambda et le préparer à une envolée des prix habituels à la veille du mois sacré. Si pour la pomme de terre, le prix est jugé stable soit entre 50 et 60 DA le kg, ceux des autres légumes comme dame tomate, produit très prisé, le prix a bondi jusqu’à 120 dinars le kg. Cédée il y a un mois entre 50 et 80 DA le kg, la tomate est en train de se faire des «émules» au point où un risque de flambée spéculative des prix touchant les autres légumes n’est pas à exclure dans les prochains jours. Pour les consommateurs, le prix actuel de la tomate n’obéit en aucun cas à la règle de l’offre d’ailleurs largement disponible au marché de gros. Les consommateurs redoutent un scénario mercurial devenu a priori coutumier la veille du chaque mois sacré. Il s’agit de la tendance vers une envolée sélective des prix avant leur fléchissement après la première semaine du mois sacré dans la mesure où rien ne justifie selon les ménages le prix actuel de certains produits sur le marché.
Depuis quelques jours, il est fait état d’annonce sur le recours par l’Etat à l’importation de certains produits stratégiques comme les viandes pour garantir la disponibilité des produits durant le mois de Ramadhan et, par-là même, de faire face à toute rupture de stock pour parer aux pratiques spéculatives. Près de 186.000 tonnes de viandes rouge et blanche (locales, importées ou congelées) seront disponibles au cours du mois sacré 2019, avait annoncé le directeur de la régulation et des activités au niveau du ministère de Commerce. Il est en effet connu que la consommation de viandes est quadruplée au mois de Ramadhan. De même que des «prix dé référence» sont institués pour les produits agricoles locaux (pomme de terre, tomate, ail, oignon, carotte, laitue, etc…) en concertation avec les associations professionnelles, l’Union de protection des consommateurs et le ministère de l’Agriculture pour prévenir les pratiques des prix excessifs à travers un système d’alerte. Le ministère a également décidé d’alléger les importations des produits alimentaires de nécessité. Cela étant, au regard de toutes ces dispositions draconiennes prévues pour le Ramadhan 2019, il est fort à parier que les commerçants notamment ceux de détail n’auront pas à user des prix abusifs contrairement aux expériences passées.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*