Accueil » Chronique » Point de Vue: Ouyahia dans la trappe

Point de Vue: Ouyahia dans la trappe

Après un pouvoir absolu ayant duré environ un quart de siècle, dans un Etat presque délabré, commandé, officiellement, par un pouvoir des plus bouffons et officieusement – dans le sens de réellement – par un pouvoir parallèle occulte , tirant les ficelles de loin. Pour être plus direct et plus franc, Ouyahia était tout simplement le pur produit de ce système. Il n’avait à vrai dire, ni le charisme ni les qualités intellectuelles et politiques d’un homme d’Etat, formé à cet usage, dans l’intention d’en faire un homme politique des situations difficiles. Or, les gens de la « loge » avaient pour le pays, pas mal de sales besognes sur la planche et ils avaient le flair de chien pour dénicher les hommes capables, et avec une certaine fierté, d’exécuter à la lettre la sale besogne. Pour tailler en pièces l’économie nationale qui était, certes à cette époque, dans un grand besoin de redressement et de mise à niveau, ils avaient choisi pas mal de personnes prêtes à faire n’importe quoi, juste, pour plaire aux gens de « la loge ». Sidi Saïd, Ouyahia, entres autres…figuraient parmi les chefs meneurs de cette mission impossible. Même nous, et par manque d’expérience et de savoir à cette époque, nous avons sincèrement cru que ces gens étaient, effectivement, en train de redresser l’économie du pays. Finalement, nous avons pris, tardivement conscience, sur un regrettable fait, que ces gens étaient en train de brader l’économie à leur profit. Personnalité véreuse, sans foi, sans loi, sans scrupule, Ouyahia avait le don du caméléon pour s’adapter, toutes les situations. Après 99 et l’avènement d’une autre version du régime, Ouyahia avait toujours su, comment plaire, aux nouveaux locataires du palais d’El Mouradia. C’est le type qui ne sait jamais dire, non ! Après cette date, le pouvoir des gens de « la loge » commençait progressivement à se flétrir. Ouyahia s’est donné corps et âme pour s’effrayer un chemin respectable dans le nouveau régime. Il en était devenu l’homme clé des situations. Effectivement, il était devenu l’as de pic de la situation …Après le 22 février, sa tête est la plus mise à prix, par les foules en grogne. L’on avait, bien fait de le déloger, lui et son gouvernement, au moment voulu. Il a, quand même, réussi à se faire la funeste réputation, d’être l’homme le plus haï du contingent politique du pays. Même sa dernière comparution devant le procureur, ne visait, en effet, que l’apaisement des esprits qui voyait en lui, de par les responsabilités qu’il avait occupées, le premier homme politique responsable du méprisant 5ème mandat. La goutte de trop, qui avait débordé le vase.
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*